Ce jeudi, le président de la République présentera le plan Pauvreté. Des mesures censées faire baisser la pauvreté en France et avec lesquelles Emmanuel Macron tentera de faire oublier son image de “président des riches”. Ce plan Pauvreté, dont les grandes lignes ont déjà été dévoilées, est-il satisfaisant ? Pour en parler, Patrick Roger recevait ce matin Laurent Mauduit, cofondateur de Mediapart et journaliste d’investigation spécialiste des affaires politiques, économiques et sociales.

Pour présenter le plan Pauvreté, Emmanuel Macron a symboliquement choisi le musée de l’Homme, bâtiment consacré à l’évolution des sociétés, à partir duquel le président détaillera les mesures adoptées par le gouvernement pour enrayer la pauvreté en France. Un plan Pauvreté particulièrement attendu au vu de l’urgence de la situation : trois millions d’enfants vivent sous le seuil de pauvreté, soit un sur cinq et toujours selon l’Insee, près de 5 millions de personnes vivent avec moins de 815 euros mensuels (statistiques de 2016). Alors, ce plan Pauvreté sera-t-il à la hauteur ? « Non », répond Laurent Mauduit, qui pense qu’il sera au contraire « décevant ».

« On avait déjà quelques indices. Vous vous souvenez de la formule terrible du chef de l’État ; “les aides sociales ça coûte un pognon de dingue”. Il y a aussi eu le report de l’annonce du plan Pauvreté au mois de juillet, qui avait suscité l’indignation de toutes les associations humanitaires. Ce qui avait d’ailleurs fait dire à Benoît Hamon que ce gouvernement était pauvrophobe. »

« Il y aura une refonte du RSA, une refonte de la CMU, ceci est le bienvenu, souligne-t-il, mais il faut tout de même bien mesurer qu’en France, pays riche, il y a 9 millions de pauvres. Ce qu’il faudrait en France, c’est un véritable plan Marshall. »

« Emmanuel Macron est un pompier pyromane »

Pour Laurent Mauduit, la pauvreté est la conséquence directe de la précarisation du travail en France, causée par une plus grande flexibilité de ce marché, souhaitée par le gouvernement lui-même. « D’où vient la pauvreté ? Il y a d’abord le chômage, soit 5 millions de personnes voire plus. Il faut bien comprendre pourquoi 5 millions, insiste le cofondateur de Mediapart. On a vécu presque 40 ans de dérégulation du travail, CDD, travail à temps partiel, petits boulots, le résultat est qu’en 1981, 90% des emplois créés étaient des emplois à durée indéterminée. Maintenant, la statistique est totalement inversée : 85% des emplois créés relèvent de ce que les statisticiens appellent les formes particulières d’emplois. »

« Des petits boulots qui nous ont fait entrer dans un univers de précarité », souligne Laurent Mauduit. « Toutes les dispositions de la loi Travail prises par Emmanuel Macron l’an dernier vont contribuer à ce que l’on appelle l’uberisation de la société. Il y a donc une forme d’hypocrisie au plan Pauvreté, parce que le gouvernement affiche l’ambition de limiter un tout petit peu les effets désastreux des dégâts qu’il aura lui-même causés. CQFD, Emmanuel Macron est un pompier pyromane », conclut-il.

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio