Stéphane Peu (PCF) : "Le gouvernement veut affaiblir le secteur public HLM"

Stéphane Peu, député (PCF) de Seine-Saint-Denis

Député communiste de Seine-Saint-Denis, Stéphane Peu était l’invité du Grand Matin Sud Radio ce mercredi dans le cadre du projet de loi logement présenté aujourd’hui en conseil des ministres.

Le gouvernement va-t-il réussir à résoudre la crise du logement ? Il s’y attelle en tout cas, avec un projet de loi logement présenté ce mercredi en conseil des ministres qui cherchera notamment à limiter les recours abusifs qui gèlent les constructions de logements. Invité du Grand Matin Sud Radio, le député communiste Stéphane Peu a fait part de ses réserves sur cette loi. "C’est toujours un peu le même problème avec ce gouvernement : il y a un diagnostic, sur lequel on pose non pas des mesures pragmatiques, mais un dogme libéral, hors-sol, qui ignore les réalités du terrain", affirme-t-il d’emblée.

"J’ai été adjoint à l’urbanisme pendant 20 ans dans une ville, bien sûr qu’on peut être confronté à ce type de problèmes. Mais il y a une palette de mesures à prendre. C’est très bien d’empêcher les recours abusifs, mais il faudrait peut-être mieux sanctionner les avocats qui font leur beurre en allant proposer leurs services à des riverains de futurs projets et en se rémunérant au pourcentage de ce qu’ils vont gagner (Souvent suite à des négociations clandestines). Il faut aussi que les promoteurs arrêtent de céder au chantage ! Ce sont des méthodes de voyous. Je connais des promoteurs qui sont allés dans des arrières-salles de cafés verser des enveloppes pour lever des recours…", raconte-t-il par ailleurs.

"On va aggraver les ghettos"

Alors que le gouvernement souhaiterait vendre près de 40 000 logements sociaux par an pour financer la construction d’autres logements, Stéphane Peu n’y voit pas un signe encourageant. "Pour que les organismes HLM puissent retirer de l’argent des ventes et ainsi construire et réinvestir, il faut vendre du patrimoine amorti. Or, pour vendre du patrimoine amorti, dans le logement HLM ce sont des immeubles de plus de 40 ans. Veut-on dans notre pays, par une vente massive de HLM de plus de 40 ans, fabriquer des copropriétés dégradées, répéter ce que Mme Thatcher a fait dans les années 1980 dans les bassins miniers de l’Angleterre ? Non seulement on va aggraver les ghettos, mais on va mettre dans la difficulté des gens qui vont se mettre au taquet de leur capacité d’emprunt pour acheter ces logements, qui seront des logements vieillissants nécessitant des travaux que, bien souvent, les gens ne pourront pas faire", assure-t-il.

Quant à l’attribution des logements HLM que le gouvernement souhaiterait rendre plus transparente, Stéphane Peu met les choses au clair. "Tous les gouvernements le disent. Ils améliorent un peu le système, mais le problème d’une file d’attente, c’est qu’on peut certes mieux l’organiser à l’infini, mais le mieux reste de la réduire ! Or, il n’y aura pas dans cette loi le choc de l’offre attendu, cette augmentation de la production de logements qui serait la seule méthode susceptible de faire baisser les listes d’attente", indique-t-il.

"Un dogme libéral qui n’a rien à voir avec notre histoire et qui a échoué partout"

Enfin, l’élu francilien aimerait voir le gouvernement prendre davantage en compte les exemples européens. "Il faut maintenir l’équilibre entre le secteur privé et le secteur public dans notre pays. Dans le domaine du logement, on a une tradition d’économie mixte et on a mieux amorti les crises que nos pays voisins. Là, le gouvernement veut affaiblir le secteur public HLM en donnant l’essentiel de la réponse des problèmes de logement au secteur privé. Partout où ça s’est fait en Europe (Espagne, Angleterre, Allemagne…), c’est un échec patent et la crise du logement est encore plus grande que chez nous. Dans les réunions préalables, j’avais recommandé au ministre de faire un peu de benchmarking européen. Ils ont refusé et appliquent à la France un dogme libéral qui n’a rien à voir avec notre histoire et qui a échoué partout où il a été mis en œuvre", conclut-il.

Réécoutez en podcast l’interview de Stéphane Peu dans le Grand Matin Sud Radio

 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Gérard-Jacques…
- Samedi 12 mai 2018 à 10:28
Stéphane PEU a raison, c'est pour cette raison qu'il faut réellement créer de véritables << Etats Généraux Nationaux du Logements >> pour juguler et contrecarrer la crise du logement et une véritable << Sécurité Sociale du Logement >> contre les expulsions en France !

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio