Satisfaction du gouvernement : "Seuls 3% des Français très satisfaits"

Gautier Jardon, Chargé d’études senior au Département Opinion et Stratégies d’Entreprise de l’IFOP, était l'invité de Sud Radio dans "C'est à la une"

satisfaction
Gautier Jardon, invité de Cécile de Ménibus et Philippe David sur Sud Radio dans "C'est à la une"

"Ce qui frappe dans les résultats du sondage sur la satisfaction du gouvernement Borne 2, c’est un peu le manque d’enthousiasme des Français lors de la nomination de ce nouveau gouvernement. Les Français sont assez rarement enthousiastes lors de la nomination d’un gouvernement surtout ces derniers temps", explique Gautier Jardon. "On est avec une satisfaction minoritaire pour ce gouvernement, de 46%. Un peu à cette image de cette Assemblée où la majorité n’est pas absolue pour les macronistes".

"46% ce n’est pas non plus un total désaveu mais c’est cependant, un fort manque d’intensité de la satisfaction de cette nomination puisque seuls 3% se disent très satisfaits de cette nomination. Cela reste quand même très supérieur au précédent gouvernement Borne, juste avant les législatives. La satisfaction a assez peu augmenté, 4 points de plus, c’était 42% avant les législatives. On peut supposer qu’à la suite des élections et des tentatives de tractation d’alliances, ces 2% de Français ont estimé qu’on était dans une impasse, qu’il fallait donner sa chance à ce nouveau gouvernement. Cela expliquerait les 4 points de plus", juge-t-il.

 

"Le Rassemblement National essaie de se poser en opposition respectable"

"Le Rassemblement National est un peu dans une stratégie de dédiabolisation. Le fait de se présenter pour la première fois où ils ont un groupe à l’Assemblée. En excluant la parenthèse 86-88, ça reste un groupe beaucoup plus important qu’à l’époque. Le Rassemblement national est un groupe puissant à l’Assemblée", indique Gautier Jardon. "Comme c’est un parti qui a eu une image qui a pu faire peur par le passé, ils sont toujours dans une stratégie de dédiabolisation".

"C’est stratégique de souhaiter que les choses se passent bien. ‘Regardez, ce n’est pas nous qui bloquons’, en misant sur le fait que notamment la NUPES et la France Insoumise vont mettre le bazar à l’Assemblée. Le RN essaie de se poser en opposition respectable. Leur plus c’est qu’ils sont clairement identifiés comme une opposition virulente mais ils vont essayer de laisser le rôle du Père fouettard, du bloqueur, à LFI. À voir ensuite si ce sera payant", explique-t-il.

 

"Olivier Véran arrive en tête de la satisfaction à 44%"

"L’indice de satisfaction d’Olivier Véran montre plusieurs choses. Cela montre la faible notoriété des nouveaux entrants. A l’exception d’Olivier Véran et de Marlène Schiappa, tous les nouveaux entrants sont à tester, même si certains étaient déjà au gouvernement précédant, comme Darrieussecq, ou Franck Riester. On est sur des nouveaux ministres, en tout cas des nouveaux entrants qui sont méconnus par la majorité de la population. C’est un peu un problème de banc de touche qui est approché par la macronie", indique Gautier Jardon.

"En fait, cette incapacité à faire rentrer dans le gouvernement, des personnalités, des poids lourds, soit ce sont des inconnus qui sont rentrés, soit ce sont des poids lourds mais qui sont revenus. On n’a pas de nouvelles entrées de nouveaux poids lourds qui soient vraiment connus. La déclaration d'Olivier Véran sur le fait qu’on allait mettre un terme au débauchage individuel ne plaide pas sur l’arrivée de nouveaux poids lourds en dehors de la macronie. A l’inverse, Olivier Véran et Marlène Schiappa sont très identifiés Macronie. Olivier Véran arrive en tête de la satisfaction à 44% mais presque la même quantité de la population est insatisfaite de sa nomination, 43%".

 

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"