single.php

Rencontre Macron - Poutine : "Une faute politique lourde" pour Yannick Jadot

Par Jérémy Jeantet

Le député européen EELV était l'invité de Territoires d'Infos sur Sud Radio et Public Sénat. Il a regretté la "tribune" offerte à Vladimir Poutine, reçu ce lundi par Emmanuel Macron à Versailles.

Pour Yannick Jadot, la réception "en grande pompe" de Vladimir Poutine à Versailles par Emmanuel Macron est "un très mauvais premier pas en matière de diplomatie".

"Lui donner une telle tribune, je trouve que c'est une faute politique lourde", a dénoncé le député européen EELV, qui était un temps candidat à l'élection présidentielle avant de rallier Benoît Hamon.

Selon lui, Emmanuel Macron aurait dû recevoir son homologue russe "dans un cadre plus neutre et avec Angela Merkel, pour imposer l'Europe comme interlocuteur".

Cette visite de Vladimir Poutine met un terme à la première grande séquence diplomatique du nouveau président Macron, qui a enchaîné en fin de semaine dernière le sommet de l'Otan et celui du G7 en Italie, marqué notamment par les divergences avec les États-Unis sur la question climatique et l'application de l'accord de Paris.

"On va passer quatre très mauvaises années avec Trump dans la négociation climatique, prédit Yannick Jadot. Le pire serait qu’ils se retirent de l’accord de Paris, parce que ça mettrait à mal la négociation internationale sur le climat. Trump, comme Poutine, sont des climato-sceptiques parce qu’ils défendent les énergies fossiles, le gaz, le charbon, et qu’ils ne veulent pas de politique de décarbonation de l’économie."

Au vu de ces grands sujets internationaux, mais également des décisions attendues en France, tant sur Notre-Dame-des-Landes que sur l'avenir du nucléaire, Yannick Jadot voit d'un bon œil la nomination de Nicolas Hulot dans le gouvernement, mais lui promet des négociations compliquées avec ses partenaires ministres : "Je n’ai aucun doute sur la véritable ambition de Nicolas Hulot, mais plutôt sur le reste de l’Environnement. Jean-Louis Borloo, à l'époque du Grenelle de l'Environnement, avait Matignon et Bercy contre lui. Quand Nicolas Sarkozy a considéré que ça ne payait pas électoralement, il a été abandonné et toutes les mesures du Grenelle de l’environnement avec lui."

Interrogé sur "l'affaire Ferrand", qui continue d'agiter le monde politique après les révélations du Canard Enchaîné, Yannick Jadot a répété que, selon lui, le ministre de la Cohésion des Territoires doit démissionner : "Dans ce moment où les responsables politiques doivent être exemplaires, vis-à-vis de leurs choix, ce n’est pas acceptable. M. Ferrand a favorisé sa femme, pas forcément au détriment de son entreprise. Il doit partir. C’est injustifiable aujourd’hui. On voit les mêmes stratégies de déni que François Fillon. Du point de vue de l’éthique, de la morale, ce qu’il a fait n’est pas acceptable. Ça montre qu’on ne fait pas du neuf avec du vieux. Le renouvellement, ce n’est pas seulement de changer de promotion de l’ENA."

L'info en continu
08H
21H
20H
19H
17H
16H
15H
13H
12H
09H
08H
Revenir
au direct

À Suivre
/