single.php

Remaniement : Bayrou fait faux bond au gouvernement Attal bientôt annoncé

Par Sud Radio avec AFP

François Bayrou ne sera finalement pas membre du nouveau gouvernement Attal. Pressenti pour récupérer l’Éducation Nationale, il s'est dit en désaccord profond avec la vision du nouveau Premier ministre sur les réformes à mener

MIGUEL MEDINA - AFP

"Sans accord profond sur la politique à suivre, je ne pouvais pas accepter d'entrer au gouvernement", a confié mercredi soir le président du MoDem à l'AFP, achevant 48 heures de feuilleton sur un possible retour au gouvernement du principal allié d'Emmanuel Macron.

Depuis sa relaxe lundi dans l'affaire des assistants parlementaires du Modem, le nom de François Bayrou circulait avec insistance pour l’Éducation nationale, où Amélie Oudéa-Castéra, empêtrée dans une série de polémiques, a fait une entrée ratée.

Mais son arrivée impliquait aussi un rééquilibrage du pack resserré de 15 ministres annoncé le 11 janvier et qui doit encore être complété par une quinzaine de ministres délégués et secrétaires d'Etat (logement, transports, santé, Outre-mer...), très attendus par les secteurs concernés.

Des différences rhédibitoires

Pressé de prendre sa revanche après sept ans de banc de touche gouvernemental pour cause d'ennuis judiciaires, François Bayrou promettait d'être un "poids-lourd" encombrant pour Gabriel Attal, dont il a publiquement mis en doute "l'expérience" lors de sa nomination à Matignon.

Au final, il s'est vu proposer le ministère des Armées, pas assez politique à son goût. Lui se voyait à l’Éducation nationale ou à la Réforme de l'Etat, deux domaines prioritaires de l'action gouvernementale, mais pour lesquels il a constaté "une différence d'approche sur la méthode à suivre" qui lui a paru "rédhibitoire".

"Une majorité de plus en plus relative... ! Bienvenue au MoDem dans l'opposition", a ironisé le président du groupe socialiste Boris Vallaud sur le réseau social "X" après l'épilogue Bayrou.

"Du coup, si Bayrou veut être cohérent, l’ensemble des ministres Modem doivent quitter le gouvernement", a pour sa part estimé le député LR Pierre-Henri Dumont.

Selon plusieurs sources au sein du camp présidentiel, une seule certitude semble pour l'heure se dégager, à l'heure des annonces : après l'avoir longtemps soutenue, Emmanuel Macron se serait résolu à écarter Amélie Oudéa-Castéra du ministère de l'Education nationale.

Un retour de Belloubet envisagé

Selon les informations de Sud Radio, l'annonce du gouvernement devrait être faite ce jeudi en fin de matinée par Gabriel Attal peu avant son départ pour le Nord-Pas-de-Calais.

"Le seul critère qui compte, c'est la capacité à agir et faire avancer les choses", glisse un conseiller de l'exécutif, alors que "AOC" est empêtrée dans les polémiques nées de ses critiques contre l'école publique pour justifier la scolarisation de ses enfants dans le privé.

Elle pourrait être rétrogradée pour ne garder qu'une partie de ses attributions, notamment les Jeux olympiques.

Pour lui succéder, émergeait mercredi soir le nom de Nicole Belloubet, Garde des Sceaux de 2017 à 2020, durant le premier quinquennat d'Emmanuel Macron. Outre son expérience gouvernementale, Mme Belloubet, âgée de 68 ans et issue du PS, fut notamment rectrice des académies de Limoges et Toulouse, entre 1997 et 2005, avant de démissionner en dénonçant les suppressions de postes d'alors.

Englué dans le casse-tête de cette liste additionnelle, qui doit respecter équilibres politiques et parité hommes-femmes, Gabriel Attal se déplacera jeudi à la mi-journée dans le Pas-de-Calais auprès des victimes des inondations, à qui il avait réservé son premier déplacement et promis de revenir.

Le Premier ministre y sera accompagné du ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu, notamment pour "exprimer son soutien aux élus, habitants et commerçants touchés" et "saluer l'action" des secours et des élus.

L'info en continu
21H
19H
18H
17H
14H
13H
12H
11H
09H
Revenir
au direct

À Suivre
/