Réforme constitutionnelle : toujours un désaccord entre G. Larcher et l'exécutif

Emmanuel Macron et Gérard Larcher ©AFP

Le gouvernement a officiellement dévoilé, mercredi, les grandes lignes du projet de loi de révision constitutionnelle devant réformer les institutions. Un texte qui prévoit une réduction de 30 % du nombre de parlementaires, ce dont s'inquiète le président du Sénat, Gérard Larcher.

30 % de parlementaires en moins. C'est une des mesures phares et symboliques du projet de révision constitutionnelle devant réformer les institutions et menée par le Gouvernement.

Un texte qui a été, dans les grandes lignes, dévoilé mercredi, et d'après lequel le nombre de députés passerait de 577 actuellement, à 404 à l'avenir. Même chose pour les sénateurs, qui ne seraient plus que 244 au lieu de 348 aujourd'hui.

Pour le président du Sénat, Gérard Larcher, une telle diminution risque de couper les citoyens de leurs parlementaires : "Un département de moins de 435 000 habitants n'aura d'un député. Je pense que ça pose la question de la proximité du citoyen. Ce qui compte, d'abord, dans une démocratie, c'est de trouver les bons équilibres entre la représentation des citoyens, un ou une élu, et la représentation des territoires, en ce qui concerne le Sénat."

Une accusation que réfute Nicole Belloubet, ministre de la Justice. La Garde des Sceaux affirme, au contraire, que cette réduction va permettre de mieux redéfinir les rôles entre les députés et les élus locaux : "L’idée, tout de même, c’est que nous ayons des parlementaires qui soient réellement impliqués dans ce qui est le cœur du métier de parlementaire, qui figure dans l’article 24 de la Constitution, c’est-à-dire voter la loi, contrôler le gouvernement et faire l’évaluation des politiques publiques. Pour toutes les autres tâches, nous avons plus de 500 000 élus locaux. Le parlementaire a une spécificité et je crois que c’est cela qui permet une meilleure représentativité."

Propos recueillis par Alfred Aurenche pour Sud Radio

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio