PS : l’absence d’un accord avec LFI "serait une erreur", affirme Stéphane Troussel

L'absence d'accord à gauche pour les législatives "serait une erreur" selon Stéphane Troussel, Président PS du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis et membre du Bureau National du PS. Il était l'invité du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

Stéphane troussel ps lfi accord
Stéphane Troussel, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 3 mai 2022, dans "le petit déjeuner politique". 

Les discussions entre le PS et LFI en vue d'un accord pour une coalition de la gauche se poursuivent. Stéphane Troussel a répondu aux questions de Patrick Roger.

 

Accord PS, LFI, EELV : "Nous voulons une coalition de toute la gauche"

Après l’accord, qualifié d’historique, entre La France Insoumise et Europe-Ecologie-Les-Verts en vue des législatives, les discussions se poursuivent avec le PS. Bien qu'aucun accord n’a été annoncé, mais ça n’inquiète pas Stéphane Troussel. "C’est bien normal dans un moment comme celui-ci." Il souligne que "nous voulons une coalition de toute la gauche", mais qu’il y a également des "questions programmatiques" ainsi que "d’incarnation dans chacun de nos territoires" qui restent à trancher.

Le président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis explique que pour qu’il y ait une "dynamique victorieuse", il faut que toutes les "composantes" de la coalition "se sente engagée, se sente représentée, se sente respectée". Outre les questions de fond, Stéphane Troussel appelle à prendre en compte "notre implantation territoriale". Or, lors des élections locales, "les socialistes, les écologistes, les communistes, ont des implantations très fortes".

 

"On est dans une discussion, dans une négociation, il faut que ça se poursuive"

Membre du Bureau National du PS, il tient à rappeler que "le groupe socialiste à l’Assemblée Nationale, c’est près d’une trentaine de députés sortants". "Il y a un étiage qui doit se travailler autour de ça."

Il assure que les discussions "reprennent tout à l’heure", sans pour autant annoncer un accord dans la journée du 3 mai 2022. "On est dans une discussion, dans une négociation, il faut que ça se poursuive", explique l’élu. "On n’est pas à une ou deux journées près."

 

Stéphane Troussel : "Si la gauche veut gagner dans ce pays, elle doit donner de l’espoir aux catégories populaires"

Si les discussions sont complexes et longues, c’est "parce que les socialistes qui sont aujourd’hui en train de discuter, ne veulent renoncer à rien de ce qui est notre identité", explique le président PS du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis. La coalition devra donc prendre en compte ces divergences, notamment sur l’Europe ou encore le volontarisme social. "Si la gauche veut gagner dans ce pays, elle doit donner de l’espoir aux catégories populaires", détaille Stéphane Troussel.

D’ailleurs, les points conflictuels bougent, et Jean-Luc Mélenchon aussi. "Vous trouvez qu’il dit la même chose sur les socialistes ?" "Tout le monde est en train de changer", analyse l’élu.

 

Absence d'accord entre le PS et LFI ? "Je crois que ce serait une erreur"

Néanmoins, les débats, vifs, risquent de faire capoter la coalition voulue par La France Insoumise. Une absence d’accord, "je crois que ce serait une erreur", confie Stéphane Troussel. "L’électorat de gauche a cette aspiration", estime-t-il.

Il juge qu’alors que depuis des mois et des années, on déclare que "la gauche est morte dans ce pays", depuis quelques jours "on ne parle que de la gauche". "Le bloc de gauche, c’est environ 30%."

 

Chute du PS : "Nos difficultés datent du quinquennat précédent"

Quant à la chute de la gauche dans les résultats électoraux, Stéphane Troussel estime qu’elle date de bien avant l’élection de 2017. Elle est liée à des décisions politiques dans laquelle les électeurs de gauche ne se retrouvaient pas, notamment la loi travail, "la déchéance de nationalité", ou encore "le CICE sans contreparties". Des décisions qui ont été prises par les éléphants de la gauche. À "la patrouille des éléphants que j’entends, que je vois actuellement sur les plateaux et les radios, je préfère nettement celle du Livre de la Jungle", le dessin-animé de Disney.

Les éléphants de la gauche "réapparaissent", déclare le membre du Bureau National du PS. "Pour nous dire que c’était mieux avant ?". Or, "nos difficultés datent du quinquennat précédent", soit celui de François Hollande.

 

Débat sur le Burkini : "Les Français en ont ras-le-bol"

Éric Piolle, maire de Grenoble, a de nouveau relancé la polémique concernant le burkini dans les piscines municipales. "J’en ai ras-le-bol de ces débats", affirme Stéphane Troussel. "Les Français en ont ras-le-bol."

Leurs préoccupations, c’est "leur pouvoir d’achat", le défi climatique ou encore le logement. "Ces responsables politiques qui sont obnubilés par les débats identitaires, j’en ai marre."

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"