Jean-Luc Mélenchon : "Macron ne sera peut-être pas au second tour"

Jean-Luc Mélenchon, candidat à l'élection présidentielle, répondait aux questions de Patrick Roger sur l'antenne de Sud Radio.

Il y a cinq ans, Jean-Luc Mélenchon était monté en flèche dans les ultimes lacets de la campagne. Il est encore dans le sprint final cette année. Sur quels sujets peut-il faire la différence ?

Jean-Luc Mélenchon : "J'ai une très sérieuse probabilité d’y arriver"

"Cela dépend du degré d’intérêt que les gens vont apporter à l’élection, estime le candidat de L'Union Populaire, leader de La France Insoumise. Elle a eu du mal à se mettre en route. La France est un peuple de passion. Il faut admettre que deux événements aussi énormes que le Covid et la guerre font que tout le monde est un peu sidéré. Cela a aussi permis de s’exprimer sur des sujets dont on a d’ordinaire du mal à faire parler : l’international, les services publics…" Ne donnera-t-il pas de consigne de vote en cas de second tour Macron-Le Pen ? "Cela n’aura pas lieu. Je pense que j’ai une très sérieuse probabilité d’y arriver. Monsieur Macron ferait bien de se demander s’il est réellement certain qu’il va s’y trouver. Regardez les courbes."

Aux abstentionnistes, "je dis votez pour qui vous voulez mais faites le c’est votre devoir, et c’est votre droit. Cela vaut la peine : si vous ne vous mêlez pas de la politique, d’autres vont décider à votre place." En tant que candidat, il semble être plus vert que les Verts ? Mais peut-on vraiment se passer du nucléaire ? "Pour être franc, tous les partis sont devenus plus ou moins écologistes. Ma conviction est que le nucléaire est trop dangereux pour que l’on continue. Il ne nous rend pas indépendant : il n’y a pas d’uranium en France. Et si les rivières baissent de niveau, on ne pourra plus refroidir les centrales nucléaires. Je les considère comme dangereuses, et ce n’est pas un positionnement idéologique. Il s’agit de produire massivement des énergies alternatives, des parcs d’énergie offshore à 20 km de la côte."

 

 Jean-Luc Mélenchon : "Emmanuel Macron ne sait pas calculer"

Emmanuel Macron dit que Jean-Luc Mélenchon ment sur les retraites à 60 ans. "Je ne sais pas si c’est une bonne idée de traiter de menteur ceux qui ne sont pas d’accord avec vous, estime le candidat. Il ne sait pas bien calculer. Il dit qu'il faut partir plus tard pour financer le système des retraites et les 1.000 euros de pension minimum. Il dit vouloir revenir au plein emploi, soit 800.000 emplois en plus. Cela crée 6 milliards de plus de cotisations, alors que le trou est de 3 milliards. À quoi servent les 3 autres milliards ?"

Emmanuel Macron l’accuse également de relayer des "fake news" sur l’apprentissage à 12 ans. "Vous pouvez vérifier. Je me suis contenté d’écouter la vidéo dans laquelle il répond à un restaurateur. Il parle de l’apprentissage dès la classe de 5e. C’est ce qu’il a dit. Si c’est autre chose, il faut qu’il dise ce que c’est. Êtes-vous d’accord pour envoyer votre enfant de 12 ans en entreprise ? On ne demande pas à un enfant de cet âge d’aller découvrir le monde du travail. Et vous n’avez pas le droit d’envoyer un enfant de 12 ans au travail : c’est interdit par les conventions internationales jusqu’à 16 ans."

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Laurence Garcia.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"