Plan Pauvreté : Ian Brossat frappé par « la pauvreté de ce plan »

Plan Pauvreté : Ian Brossat frappé par « la pauvreté de ce plan »
AFP

Jeudi 13 septembre, Emmanuel Macron a dévoilé les mesures du très attendu Plan Pauvreté, prévu initialement pour le printemps, puis reporté à Juillet et enfin présenté ce mois-ci. Des mesures insuffisantes pour Ian Brossat, chef de file du PCF aux élections européennes, invité de Patrick Roger sur Sud Radio, ce vendredi matin.

« Ce Plan Pauvreté, lorsqu’on regarde les choses concrètement, est en réalité très faible. Ce qui me frappe surtout dans le Plan Pauvreté, c’est la pauvreté de ce plan de deux milliards d’euros par an, alors même que la suppression de l’impôt sur la fortune, par exemple, c’est le double. C’est-à-dire qu’Emmanuel Macron fait un effort deux fois plus important pour les riches, que pour les pauvres. Cela traduit le fait que le social, la solidarité, n’est pas une priorité pour Macron », estime Ian Brossat.

La fusion des allocations, mesure phare de ce Plan Pauvreté, peut-elle permettre de faire baisser la pauvreté ? « Tout dépend du montant de l’allocation, souligne le chef de file du PCF. Aujourd’hui, je n’ai aucun élément qui me permette de me réjouir de cette décision. Je m’étonne qu’un certain nombre de gens trouvent cela formidable alors qu’ils ne savent pas de combien sera cette allocation ni qui va la payer. »

Quant à l’idée de revenu universel à partir de 2020, Ian Brossat souligne : « Aujourd’hui, un tiers des personnes qui devraient toucher le RSA ne le touchent pas, parce qu’elles ne le demandent pas. Elles s’enferment donc dans une situation de pauvreté terrible. La question que devrait plutôt se poser le président de la République est celle de l’automaticité de cette allocation, pour tous ceux qui devraient la toucher. »

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

adrienne
- Vendredi 14 septembre 2018 à 15:46
pour les crèches, plan plutôt illusoire , comment trouver assez vite autant de personnel de la petite enfance à attirer dans les métiers de la puériculture, à former, à améliorer leurs conditions de travail souvent difficiles (dont dimension relationnelle de l'emploi ) : http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=346
Michel Ange
- Samedi 15 septembre 2018 à 19:10
J'ai ri jaune, quand le roi banquier a parlé du plan de pauvreté, c'est comme si une péripatéticienne parlait de virginité.
Ce plan est totalement dérisoire, si on le compare avec les largesses financières accordées à ses amis du CAC 40. Rassurez-vous je ne suis pas communiste mais plutôt pour une certaine équité entre le bas et le haut.
Staline
- Samedi 15 septembre 2018 à 19:57
Il faut certes être "frappé" pour être communiste... pauvreté intellectuelle, et déficit historique.

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio