Le candidat du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) a annoncé jeudi avoir atteint le seuil des 500 parrainages mais reste méfiant avant la validation du Conseil constitutionnel.

Philippe Poutou devrait être au premier tour de l’élection présidentielle en avril prochain. Le candidat du NPA a annoncé lors d’une réunion publique à Bordeaux avoir "franchi la barre des 500" signatures. Néanmoins, il reste prudent s’estimant "trop près du 500"

"On n'est pas dans la position de dire ‘ça y est, on y est arrivé’ parce qu'en fait il y a un risque d'invalidation des documents, tout simplement parce qu'ils peuvent arriver en retard". a expliqué Philippe Poutou, ouvrier et responsable CGT à l'usine Ford Aquitaine Industries de Blanquefort (Gironde), dans la banlieue bordelaise. Pour la première fois, les signatures doivent en effet être envoyées par voie postale au Conseil constitutionnel, et non plus acheminées par les candidats.

"Un exploit" selon Philippe Poutou

"L'autre raison qui nous inquiète, c'est qu'ils peuvent invalider le document parce qu'il y a une rature, parce qu'il manque un tampon, parce qu'il y a une faute d'orthographe sur le nom", s'est inquiété le candidat du NPA.

Quelque 500 militants se sont rendus sur le terrain pour chercher des parrainages, principalement auprès des maires des petites communes, "les plus éloignés possibles du pouvoir politique", "des maires qui travaillent". Ils cherchent des parrainages jusqu'à vendredi matin, quitte à acheminer les documents obtenus à la dernière minute par coursier.

"Si on arrive à franchir le cap, ce sera pour nous un nouvel exploit", a estimé Philippe Poutou.

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio