Pécresse face à Zemmour : "Elle va se faire massacrer !" estime Renaud Muselier

Valérie Pécresse débattra face à Éric Zemmour jeudi 10 mars. Pour Renaud Muselier, président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur et soutien d'Emmanuel Macron, "Elle va se faire massacrer !" Il était l'invité du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

Pécresse
Renaud Muselier, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 9 mars, dans "le petit déjeuner politique".

Débat Pécresse-Zemmour, guerre en Ukraine, flambée des prix du gaz et des carburants, campagne d'Emmanuel Macron : Renaud Muselier a répondu aux questions de Patrick Roger.

Renaud Muselier - Débat Pécresse / Zemmour : "Elle va se faire massacrer !"

En tant que président de région, Renaud Muselier a beaucoup critiqué la présidence de Macron. Il a pourtant décidé de le soutenir pour l'élection présidentielle plutôt que Valérie Pécresse. "J'ai beaucoup critiqué ce qui était critiquable, beaucoup soutenu ce qui était soutenable, se défend-il. Mais avec le ministre de l'Économie et des Finances, on a sauvé la totalité de nos entreprises, nos industries et nos filières", souligne-t-il. Il dénonce : "ma famille politique d'origine LR m'a chassé, n'a jamais accepté que j'élargisse ma majorité avec LREM". Il fait allusion aux dernières régionales, "où on m'a expliqué que j'étais un sombre traitre".

Valérie Pécresse n'a jamais voulu répondre à la question de son soutien en cas de 2e tour Emmanuel Macron-Éric Zemmour. "Je suis d'une culture chiraquienne, de Nicolas Sarkozy, où il y a une digue entre l'extrême droite et moi, affirme Renaud Muselier. Ma famille politique n'a jamais voulu la remettre en place, clarifier la situation, déplore-t-il. Elle appelle l'extrême droite à travailler pour elle". Valérie Pécresse débattra jeudi 10 mars face à Éric Zemmour : "elle va se faire massacrer !", prévient Renaud Muselier. "Elle se présente sur les terres d'un polémiste qui fait ça depuis 10 ans matin, midi et soir à la télévision ! Elle a raté son meeting, elle ne sera pas au second tour. LR a mis en tête celle qui était la plus mal placée dans les sondages, elle retournera à 9-10%..."

 

"Il faut toujours se méfier de la diplomatie américaine"

Renaud Muselier était secrétaire d'État aux affaires étrangères sous Villepin. Face à l'invasion russe en Ukraine et la détermination de Poutine, l'Union européenne est-elle à la hauteur de la crise ? "Quand on sort du multilatéralisme, ce qui est le cas de Monsieur Poutine, il faut se rendre compte que nous aurons des répercussions dans notre vie quotidienne et dans notre géopolitique dans les 10 à 15 ans qui viennent, prévient-il. La guerre en Ukraine pilotée par la Russie fait en sorte qu'ils ont réconcilié l'Europe entre eux, rappelé la nécessité d'être ensemble, relancé l'Otan, qui est la force militaire nécessaire pour défendre nos frontières. Ils ont montré aux Européens qu'ils ont besoin d'une indépendance énergétique, militaire et industrielle".

"Il faut toujours se méfier de la diplomatie américaine, ajoute-t-il. Quand Monsieur Biden demande aux Russes de ne pas intervenir mais en ajoutant que dans tous les cas les Américains n'iront pas, ça veut dire allez-y ! Nous devons, nous Européens, être indépendants et avoir des alliés. On les a eus lors du vote à l'ONU, qui a soutenu la position européenne et les Américains sont nos alliés historiques. Nous n'avons pas le même problème que les Américains, qui ne dépendent du gaz russe qu'à 8%. Nous, Français, avons 30-40% de dépendance entre le gaz et le pétrole mais certains pays européens dépendent à 100% du gaz russe. La convergence économique, industrielle, énergétique européenne dans cette situation montre que l'Europe tient".

 

Guerre en Ukraine : "Les Français ne vivront plus jamais comme ils ont vécu avant"

Face à la flambée inédite des carburants, Renaud Muselier rappelle que "nos ainés ont payé par le prix du sang la liberté sur le continent européen, comme le font aujourd'hui les Ukrainiens. Nous aurons un coût, ce sera le prix de l'euro. Ça nous coûtera de l'argent, mais tant que ça ne nous coûte pas des vies... Les Français ne vivront plus jamais comme ils ont vécu avant, il faut qu'ils l'intègrent !", prévient-il.

"Le monde évolue très vite, on le voit avec le Covid. Aujourd'hui, on a la guerre à nos frontières. La défense de la liberté a un prix. Il y aura d'autres problèmes, on pourra même envisager peut-être le retour du service militaire sur le territoire français".

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"