single.php

Patrick Stefanini : "L’aide médicale d’État présente des lacunes graves"

Par Jean Baptiste Giraud

Pour Patrick Stefanini, co-auteur du rapport sur l’Aide médicale d’État, cette aide doit être massivement réformée.

Patrick Stefanini
Patrick Stefanini, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 7 décembre.

Patrick Stefanini est le co-auteur du rapport sur l’Aide médicale d’État, avec l'ex-ministre socialiste Claude Évin. Est-ce un dispositif utile s’il est maîtrisé ?

Aide médicale d'État : un milliard d'euros de dépenses

"L’AME est un dispositif utile, puisqu’il offre une couverture santé à des étrangers en situation irrégulière. Ils peuvent ainsi aller consulter des médecins de ville, sinon ils iraient tous à l’hôpital et achèveraient d’encombrer les services des urgences", estime l’ancien préfet et ancien Secrétaire général du ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale.

"Pour le reste, sur la maîtrise, nous envoyons un signal d’alarme au gouvernement. Le nombre de bénéficiaires de l’AME augmente de façon rapide depuis deux ou trois ans. Nous allons dépasser le milliard d’euros de dépenses à la fin de l’année. L’année prochaine, nous allons dépasser les 500 000 bénéficiaires, un chiffre important et symbolique."

 

 

Patrick Stefanini : "Revoir les conditions d’attribution"

"Pour le reste, nous disons que cette aide présente des lacunes graves, des dysfonctionnements, souligne Patrick Stefanini qui est le co-auteur du rapport sur l’Aide médicale d’État. Elle a besoin d’être réformée de façon significative. Exemple le plus flagrant, une faille béante : lorsqu’un étranger fait l’objet d’une mesure d’éloignement, par exemple une OQTF, cela n’a aucune incidence quant à sa situation à l’égard de l’AME. Nous proposons que tous les étrangers faisant l’objet d’une mesure d’éloignement pour motif d’ordre public se voient privés du bénéfice de l’AME."

Par ailleurs, "nous voulons aussi revoir les conditions d’attribution de cette aide. La définition de la cellule familiale a besoin d’être revue. Il est légitime que les mineurs soient considérés comme les ayants-droits du bénéficiaire de l’AME. En revanche, ce n’est pas légitime pour les majeurs. Il est indispensable que les ressources du conjoint, partenaire ou concubin soient prises en compte dans le calcul des ressources de celui qui demande l’AME. Enfin, la carte de bénéficiaire doit être informatisée pour lutter contre les fraudes et mieux contrôler la consommation de soins."

Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
03H
00H
23H
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/