Une loi va imposer la parité pour les élus des petites communes

Une proposition de loi ferait que la parité s'appliquerait également aux conseils municipaux des communes de moins de 1.000 habitants.

pauvre
La Grande-Combe est stigmatisée comme la commune la plus pauvre de France. (AFP)

Une proposition de loi entend instaurer la parité obligatoire chez les élus des communes de moins de 1.000 habitants.

Parité : réduire le nombre de conseillers ?

Comment cette proposition de loi est-elle accueillie? "Très favorablement, cela fait plusieurs années que ces communes de moins de 1.000 habitants qui ont encore le panachage, le souhaitent. Les électeurs pouvant choisir l’un ou l’autre dans la liste, cela pose des problèmes, estime Michel Fournier, maire de Les Voivres (88), président de l’Association des Maires Ruraux de France. Un maire seul, cela ne marche pas. Il lui faut une liste, des adjoints. Si ce que vous avez organisé est rayé, cela ne va pas."

Pour l’instant, un maire sur cinq est une femme. "La parité nous semble une très bonne idée, même si c’est contesté dans nos rangs." Le souci peut-être de trouver suffisamment de candidates. "C’est une des raisons évoquées par ceux qui n’y sont pas favorables. Il est préférable à ce moment là de réduire le nombre de conseillers municipaux. J’ai onze conseillers. S’il y a des difficultés dans les communes de moins de 500 habitants, fonctionner ou travailler avec neuf ne poserait pas trop de problèmes."

Parité :  "Les femmes apportent quelque chose de différent"

Comment cela se passe-t-il au quotidien dans son village ? "Je ne suis pas le bon exemple, s'amuse l'édile, car j’ai toujours pratiqué la parité. J’ai toujours voulu travailler avec les femmes. Elles apportent quelque chose de différent dans le conseil. Il y a une ténacité souvent beaucoup plus affirmée pour défendre un dossier. Elles vont jusqu’au bout, dans le moindre détail."

"Nous espérons que cette loi va passer, confie le président de l’Association des Maires Ruraux de France. On sait très bien qu’à un moment donné, il faut aussi qu’il y ait cette égalité dans le traitement d’une élection. Que l’on arrête de prendre les élus des petites communes pour de petits élus."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"