"Non, on ne peut pas être féministe et porter le voile", affirme Laurent Jacobelli

Porter le voile est un élément politique qui n'est pas neutre selon Laurent Jacobelli, porte-parole du Rassemblement National et de Marine Le Pen. Il était l'invité du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

jacobelli voile marine le pen
Laurent Jacobelli, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 14 avril 2022, dans "le petit déjeuner politique". 

Interdiction du voile dans l'espace publique, politique internationale, relations avec l'Allemagne, insécurité et immigration : Laurent Jacobelli a répondu aux questions de Patrick Roger.

 

Laurent Jacobelli : on aurait pu citer des chiffres encore plus durs sur l'insécurité

Le Rassemblement national a été épinglé pour des chiffres sur la sécurité en France présentés dans sa profession de foi, jugés peu exacts. Mais Laurent Jacobelli souligne que "si la Commission pensait que ces chiffres n’étaient pas exacts, elle nous aurait demandé de corriger la profession de foi, parce que c’est la loi". Or, elle ne l’a pas fait.

"Les commentaires sur l’analyse de la Commission n’engagent qu’elle", estime le porte-parole du Rassemblement national. "Ces chiffres ont une réalité." Il confirme que la somme des personnes ayant pu rentrer en France légalement depuis cinq ans fait 1,5 million, chiffres à vérifier sur le site du gouvernement. Ce chiffre est un "record", explique-t-il, et est supérieur à celui de François Hollande ou Nicolas Sarkozy.

Sur les agressions aussi, les chiffres présentés par le RN font débat. "On aurait pu citer des chiffres encore plus durs", souligne le porte-parole de Marine Le Pen. "Plus de 90% des vols et agressions dans les transports publics étaient le fait de mineurs étrangers", selon la Préfecture de Paris. Laurent Jacobelli remet également en cause la qualité de mineurs des personnes en question : "beaucoup de ces mineurs étrangers sont mineurs comme vous et moi". La politique d’immigration, "amène de l’insécurité" et "amène des trous financiers", affirme-t-il. "Nous, nous ne l’acceptons pas."

 

Immigration : "Il y a un mythe de l’emploi des migrants"

Les étrangers permettent néanmoins à certains établissements, notamment dans la restauration, de travailler. "C’est vrai", confirme le porte-parole du RN qui estime néanmoins que "c’est à cause des salaires". "Les personnes qui migrent en France, légalement ou illégalement, se retrouvent dans une position de devoir accepter des boulots mal payés."

Mais, surtout, "il y a un mythe de l’emploi des migrants", explique Laurent Jacobelli. "Seulement 14% des titres de séjour qui sont donnés aux migrants le sont au titre du travail." Et, de plus, "le taux de chômage chez les migrants est double à celui des citoyens français". "Il faut arrêter avec cette vieille lune de la migration pour l’emploi."

Retraite à 62 ans pour tous : "Ce n’est pas ce que nous avons dit"

L’un des débats de l’entre-deux tours est celui sur la retraite, Emmanuel Macron voulant reporter l’âge légal de départ, Marine Le Pen s’y refusant. Laurent Jacobelli confirme que cet âge de départ sera "entre 60 et 62 ans", mais sous conditions. "Tous les salariés français auront un âge de départ à la retraite, et un nombre d’annuités à payer, inférieur à ce qui est proposé par Emmanuel Macron."

Toutefois, il amende ses propos : les salariés devront avoir "42 années de cotisation", ce qui signifie que si un jeune commence à travailler à 26 ans, il ne pourra partir à la retraite qu’à 68 ans. "L’âge légal de la retraite, c’est entre 60 et 62 ans", explique Laurent Jacobelli, mais "le nombre d’annuités, c’est entre 40 et 42 ans". Quant à la retraite pour tous à 62 ans, "ce n’est pas ce que nous avons dit", confirme le porte-parole de Marine Le Pen.

 

"L’Allemagne a des intérêts économiques, des objectifs économiques, différents des nôtres"

Marine Le Pen, en termes de politique étrangère, semble vouloir prendre des distances avec Berlin, ce qui a inquiété la presse allemande. Si Laurent Jacobelli confirme que la candidate ne veut pas sortir de l’Union européenne, il explique que la France n’est pas "obligée de s’aligner en permanence derrière Berlin".

"L’Allemagne, par exemple, a des intérêts économiques, des objectifs économiques, différents des nôtres." Il juge que l’UE "a servi à enrichir l’Allemagne". La balance commerciale allemande est en effet excédentaire, alors qu’elle est déficitaire en France. "Ce sont les règles européennes" qui ont donné lieu à cette situation, selon lui.
Il juge que dans les décisions qu’elle prend "l’Allemagne se protège avant de servir l’idéal européen". Alors qu’Emmanuel Macron "sert l’idéal européen quitte à desservir les Français".

 

"Ce n’est pas neutre, porter le voile. C’est un élément politique"

La candidate du Rassemblement national continue de promettre l’interdiction du voile islamique dans l’espace public en France. "C’est une nécessité", estime Laurent Jacobelli. Il juge que les politiques ont été laxistes. "Ils ont cédé sur le voile, ils ont cédé sur les horaires séparés en piscine, ils ont cédé sur les menus différenciés à la cantine." Ainsi, "petit à petit, l’Islam politique revendicatif a placé ses pions", juge le porte-parole du RN.

Emmanuel Macron fait partie de ces politiques "faibles". "Pour récupérer quelques voix chez Jean-Luc Mélenchon, il est prêt à dire que porter le voile, c’est féministe", explique-t-il en référence aux propos du candidat.

"Ce n’est pas neutre, porter le voile. C’est un élément politique", affirme le porte-parole de Marine Le Pen. Selon lui, si le voile est interdit, les femmes musulmanes arrêteront de le porter pour respecter la loi. Quant à savoir si on peut être féministe et porter le voile, Laurent Jacobelli est clair : "non, clairement pas".

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"