Nicolas Dupont-Aignan sur l'affaire Benalla : "On nous prend pour des imbéciles"

Nicolas Dupont-Aignan, le 5 juin dernier
Nicolas Dupont-Aignan, le 5 juin dernier Bertrand GUAY / AFP

En pleine affaire Benalla, il a quitté soudainement la commission d’enquête de l’assemblée nationale hier. Nicolas Dupont-Aignan, député de Debout la France, était l’invité de Sud Radio ce matin. Il est revenu sur son départ, la réponse d’Emmanuel Macron et l’affaire qui secoue l’Élysée.

C’est un véritable coup de gueule qu’a poussé hier le député de Debout la France. Lui qui en a marre d’être pris pour "un imbécile" a décidé de claquer la porte à la commission d’enquête de l’Assemblée Nationale. "J’ai quitté la commission d’enquête parce qu’elle ne servait à rien" explique-t-il, exaspéré par le déroulement des auditions : "La présidente de la commission Yaël Braun-Pivet (LREM) et la majorité décident de tout. Ils refusent d’auditionner ceux que l’opposition voudrait entendre. Tous les députes hors-majorité devraient claquer la porte, ils se font humilier et ils restent !".

Pour lui, les auditions devant la commission d’enquête de l’Assemblée Nationale n’ont aucun intérêt, car dirigé par la majorité. Nicolas Dupont-Aignan estime donc que seules celles devant le Sénat, où l’opposition règne, ont désormais de l’intérêt. Lui, qui déclare détester l’hypocrisie, fustige l’état actuel des choses : "Toute la liste de personnes à interroger qu’avait faite le co-rapporteur Guillaume Larrivé (LR) a été refusé par la présidente. D’ailleurs c’est intéressant, à chaque fois qu’elle est en difficulté (ndlr : la présidente de la commission d’enquête), elle dit ‘c’est mon pouvoir, c’est moi qui décide’ et bien qu’elle décide toute seule avec les députés LREM".

"Surréaliste", c’est ainsi que le député décrit par la suite le discours d’Emmanuel Macron devant ses députés et ministres. Pour lui, le Président de la République tire sa légitimité du peuple et se doit de s’exprimer devant tous les Français. Choqué de voir qu’Emmanuel Macron avait fait applaudir Alexandre Benalla, il l’est encore plus par "son mot d’esprit "venez me chercher si vous voulez"". Cette déclaration a pour lui fait baisser la fonction présidentielle d’un cran, ce qu’il juge "grave pour le pays".

Nicolas Dupont-Aignan va même plus loin et pense qu’Emmanuel Macron est "dans le déni de réalité" : "C’est inquiétant qu’il ne reconnaisse pas ses fautes. Il aurait pu s’exprimer aux Français et dire qu’il regrettait, qu’il avait fait une erreur, et les Français auraient pu comprendre. Mais il ne l’a pas fait, et là, on a le sentiment d’avoir un Président, arrogant, un peu immature et qui ne s’adresse qu’aux siens".

Et alors que les vacances parlementaires approchent, le député Nicolas Dupont-Aignan n’a qu’une parole à adresser au Président : "Je le supplie de changer d’attitude et de méditer pendant l’été".

>>>> Réécoutez l'interview de Nicolas Dupont-Aignan

 

Les rubriques Sudradio