Nicolas Dupont-Aignan: "100 milliards d'euros sont gaspillés en France chaque année !"

Dans son dernier ouvrage, Nicolas Dupont-Aignan dénonce le grand gaspillage des finances publiques en France, et livre son programme de candidat à l'élection présidentielle pour y remédier.

Nicolas Dupont-Aignan
: Nicolas Dupont-Aignan, invité d’Arthur de Laborde, dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio

Nicolas Dupont-Aignan était l’invité d’Arthur de Laborde le lundi 20 décembre sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-14h, "Bercoff dans tous ses états" pour son livre Où va le pognon ? (éd. de l'Archipel)

Un plan de bataille chiffré

Fraude, gaspillage, gabegie. À l’heure où la crise sanitaire coûte des millions d’euros quotidiens à l’État, focus sur cet argent qui sort des caisses du Trésor public, et qu’on ne revoie jamais. C’est tout l’objet du dernier livre de Nicolas Dupont-Aignan, Où va le pognon ? (éd. de l’Archipel). Le candidat à l’élection présidentielle a souhaité démontrer qu’il était possible de récupérer, chaque année, 100 milliards d’euros, en vue de rebâtir la France.

À grands renforts d’exemples, à l’image de millions de cartes Vitale frauduleuses, du "racket" des sociétés autoroutières, des escroqueries à la TVA, du coût de l’immigration ou encore du gaspillage des énergies renouvelables, le président de Debout la France explique comment récupérer le fameux "pognon", et le réaffecter aux priorités du pays. Un plan de bataille chiffré qu’il présente lundi 20 décembre sur Sud Radio.

Une personnalité, une démarche et un projet

S’agissant de sa troisième candidature à l’élection présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan estime que face à l’offre actuelle à droite, il présente "sa personnalité, une démarche et un projet". "Les Français ont une liberté de choix et je n’accepterai jamais que les sondages, les médias, décident qui a le droit d’être candidat ou pas. J’ai proposé une primaire patriote. Cela m’a été refusé. La primaire sera le premier tour. Je crois à l’indépendance de la nation, à la liberté du peuple et au rassemblement des Français" ajoute-t-il.

Ses propositions, qu’il juge "concrètes", Nicolas Dupont-Aignan les présente dans son livre Où va le pognon ? (éd. de l’Archipel). "On nous emmerde avec un pass, des QR codes, mais en revanche personne ne contrôle les cartes Vitale. Je demande une carte Vitale biométrique, remise par les préfectures. Il devrait y avoir une carte Vitale par assuré social" lance-t-il, prenant pour exemple la fraude sociale, qui représente 20 milliards d’euros par an. "Un treizième mois pour tous les Français qui gagnent le SMIC" précise-t-il.

"Il y a 100 milliards d’euros par an de gaspillés"

"Je n’ai pas écrit un livre pour dire ce que je veux faire. Tout le monde fait cela, et les Français n’y croient plus. J’ai écrit un livre pour expliquer comment je vais le faire. Les politiques ne sont plus crus. Ce que j’essaie de faire, c’est d’apporter des éléments sérieux. C’est moins sexy, mais à la fin on serait mieux gouverné avec moi qu’avec les autres. Il y a 100 milliards par an de gaspillés. Ces 100 milliards je vais les utiliser pour trois grandes priorités : récompenser le travail, rebâtir le service public et notamment l’hôpital, et baisser les charges sur les PME qui investissent en France pour relocaliser" lance encore Nicolas Dupont-Aignan.

Concernant la santé, Nicolas Dupont-Aignan propose un plan de sauvetage de l’hôpital public. "C’est vital. Vous avez 20 millions de ruraux qui n’ont pas les soins optimaux. On nous rebat les oreilles avec le Covid matin, midi et soir. Mais en attendant comment soigne-t-on quelqu’un qui a un accident sur la route ? Comment soigne-t-on quelqu’un qui a un cancer ? Les blocs sont fermés à moitié dans les hôpitaux" plaide-t-il encore sur Sud Radio...

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !