La candidate Lutte Ouvrière à l'élection présidentielle a parlé d'une "vraie colère" du peuple face aux affaires qui touchent François Fillon et face "au décalage entre ses actes et la galère vécue au quotidien par des millions de femmes et d'hommes".

Invitée de l'émission Territoires d'Infos, sur Sud Radio et Public Sénat, Nathalie Arthaud est revenue sur l'affaire Fillon, dénonçant "l'indécence" du vainqueur de la primaire de la droite de ne pas retirer sa candidature à l'élection présidentielle.

Pour la candidate Lutte Ouvrière, c'est le symbole de "cette classe politique qui prêche des sacrifices à la population, assurant qu'il faut économiser le moindre denier de l'Etat", pendant que "eux, se servent. Il y a une vraie colère et un sentiment d'indécence."

Interrogée sur les motivations qui l'ont poussée à annoncer qu'il n'y aurait pas d'alliance entre sa candidature et celle de Philippe Poutou, Nathalie Arthaud a indiqué ne pas être favorable aux mariages forcés, faisant valoir des divergences de fond.

"Nous avons des différences, y compris sur cette campagne, a-t-elle expliqué. Je veux faire campagne sur les intérêts des travailleurs, sur la conscience de classe, la lutte nécessaire que les ouvriers ont à mener pour que leurs intérêts soient défendus."

Une défense des intérêts des travailleurs qui passe d'abord, d'après Nathalie Arthaud, par le travail : "Clairement, les femmes, comme les hommes, leur premier besoin, c’est un emploi et un salaire minimum de 1800 euros nets par mois."

Questionnée sur le financement d'une telle mesure, la candidate Lutte Ouvrière a lancé qu'on "ne pose jamais le problème de savoir où on trouve l’argent pour arroser des PDG et les payer jusqu’à 6, 7 ou 8 millions".

"Où est-ce qu’on trouve l’argent pour que ces actionnaires accumulent des milliards ? a lancé Nathalie Arthaud. Les riches s’enrichissent d’année en année. Les actionnaires de Renault ont été augmentés de 20 %. Les entreprises du CAC 40 ont fait apparaître leurs résultats. On est à 75 milliards pour l’année 2016, qui vont être utilisés à 75 % pour les grands actionnaires. Ils devraient être utilisés pour les salaires, pour les embauches. Voilà un programme pour les hommes et les femmes."

Vos réponses pour cet article
Vous devez être connecté pour réagir
Les rubriques Sudradio