N. Dupont-Aignan : "Le plus perché du débat du 2nd tour était sans doute Macron"

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, président de l'Essonne et candidat aux élections européennes
Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, président de l'Essonne et candidat aux élections européennes ©Sud Radio

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, député de l'Essonne et candidat aux élections européennes, était l'invité politique du Grand Matin Sud Radio.

Plusieurs cadres du Rassemblement national se sont élevés à l'encontre de Nicolas Dupont-Aignan, après une petite phrase volée au leader de Debout la France qui, ignorant qu'il était filmé, a déclaré : "En fait, le plus dingue n'était pas celui que l'on croit au débat du second tour".

Pour le parti de Marine Le Pen, celui qui a ralliée la candidate entre les deux tours "crache aujourd'hui dans la soupe".

J'ai été le seul à soutenir Marine Le Pen au 2nd tour. Personne ne peut douter de la loyauté que j'ai eue

Invité du Grand Matin Sud Radio, Nicolas Dupont-Aignan a tenté de calmer le jeu et assuré que les cadres du parti frontiste n'avaient pas bien compris le sens de ses propos : "Je dit que ce, je pense, beaucoup de Français découvrent. Marine Le Pen a été accablée après le débat du 2nd tour, alors que le plus perché était sans doute Emmanuel Macron et qu'il est maintenant président de la République. Et c'est un président de la République assez particulier. J’ai été le seul à soutenir Marine Le Pen au 2nd tour, le seul qui n’a rien dit après le débat. Personne ne peut douter de la loyauté que j’ai eue."

 

 

"Le système veut nous diviser en permanence mais je ne dirais jamais de mal d’elle", a-t-il assuré, avant d'ajouter "Est-ce que vous croyez que je vais polémiquer avec David Rachline ?", en réponse au porte-parole du Rassemblement national qui l'accuse de "faire les poubelles de son parti", insultant au passage ceux qui rejoignent Nicolas Dupont-Aignan de "tocards".

Je tends la main aux Républicains qui sont attachés à la France

Pour le président de Debout la France, loin de toutes ces petites phrases, c'est plutôt à une alliance des patriotes pour les européennes qu'il faut œuvrer : "Je tends la main aux Républicains qui sont attachés à la France, c'est le sens de ma candidature aux européennes. Marine Le Pen n'est pas candidate, moi, je suis candidate et j'ai déjà rassemblée des personnalités politique. Je suis convaincu qu'il faut une grande liste patriotique aux élections européennes."

 

Les rubriques Sudradio