"On ne va pas sauver les urgences cet été"

Le manque de personnel soignant met en péril le fonctionnement des services des urgences. Mais à quoi bon une mission flash sur le sujet ?

urgences
La pénurie de soignants aux urgences vire à la "catastrophe", avec déjà 120 services contraints de limiter leur activité ou s'y préparant, prélude pour certains d'un été "atroce". (RAYMOND ROIG - AFP/Archives)

Emmanuel Macron confie au professeur François Braun, président de SAMU-Urgences de France, une mission flash sur l'état des urgences.

Mission flash : "Juste des effets d'annonce"

Que faut-il attendre de cette mission ? "Nous attendons d’en avoir la définition proposée par le Président. Nous avons juste eu des effets d’annonce, réagit le Dr Jean-François Cibien, président d’Action Praticiens Hôpital et d’Avenir Hospitalier. Juste après le Ségur, on avait annoncé ce qui allait arriver."

"Le Président dit que c’est un grand plan, avec dix milliards mis sur la table, poursuit le vice-président de l’association Samu Urgences de France. Nous aimerions avoir le détail de ces chiffres. Au niveau des médecins, cela fait deux ans que nous le demandions à Olivier Véran et à son cabinet, car nous n’avions pas la même analyse que lui. C’était le Ségur de la césure. Comme un tsunami, vous avez l’eau qui se retire avec 150 services d’urgences en difficulté."

Urgences : "Le volcan hôpital va exploser"

"Le constat est fait depuis dix ans, rapport sur rapport, rappelle le Dr Jean-François Cibien. Nous l'avons refait pendant le Ségur. Derrière, le diagnostic est posé. Ce dont nous avons besoin, c’est d'une véritable ordonnance. Si aujourd’hui, on n’applique pas le bon traitement, si on ne prend pas la mesure de la souffrance des collègues dans l’hôpital public, on est sans oxygène."

Cela ne devrait-il pas être le rôle du ministère de la Santé de travailler sur ce sujet ? "Si le Président conduit François Braun à l’échec, le volcan hôpital va exploser, prédit le président d’Action Praticiens Hôpital et d’Avenir Hospitalier. On ne va pas sauver les urgences cet été, juste endiguer un cataclysme qui pourrait survenir. Poser les bases, s’entendre... Nous venons de perdre six semaines à attendre la nomination du gouvernement. On joue à qui perd gagne. Mais en termes de santé, ce sont des morts à venir."

Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !