Mélenchon tacle l’attitude de Montebourg et la "danse du ventre" des socialistes

Jean-Luc Mélenchon (©Rémy Gabalda)
Jean-Luc Mélenchon (©Rémy Gabalda)

Alors qu’Arnaud Montebourg a appelé ce jeudi Jean-Luc Mélenchon à retirer sa candidature dans un souci d’union de la gauche, le candidat de la France insoumise lui a vertement répondu.

Si les entourages de Benoît Hamon et de Jean-Luc Mélenchon ont bel et bien entamé des discussions au lendemain de la victoire du premier à la primaire de la Belle Alliance Populaire, une candidature commune n’a jamais vraiment été envisagée, les positions des deux hommes étant trop éloignées sur un certain nombre de sujets. Cela n’a pas empêché ce jeudi Arnaud Montebourg, soutien de Benoît Hamon, d’appeler le leader de la France insoumise à retirer sa candidature pour donner toutes les chances à la gauche d’être présente au second tour de la présidentielle. Une demande à laquelle Jean-Luc Mélenchon a répondu ce vendredi sur le plateau de BFMTV.

"Si je les ai quittés, ce n’est pas pour rien"

"Je n’éprouve pas le besoin de répondre systématiquement à tous les socialistes qui me font la danse du ventre traditionnelle consistant à dire "c’est nous qui sommes les plus légitimes pour représenter la gauche". Il y a des gens qui n’acceptent plus la tambouille et les combines. Imaginez-vous que 40 jours avant le début de l’élection, je vienne tout d’un coup pour dire que c’est fini et que tout ce que j’ai raconté depuis cinq ans n’existe plus ? La seule chose que cela ferait, c’est créer des milliers et peut-être des millions d’abstentionnistes en plus. Nous n’en sommes plus à cette période très datée, à laquelle rêve M. Montebourg, où il suffisait qu’un socialiste apparaisse pour que tout le monde l’acclame aussitôt. Si je les ai quittés, ce n’est pas pour rien. C’est parce que, bien avant eux, j’ai compris le divorce qu’ils avaient créé avec le peuple français sur les questions européennes, sociales, etc. Je pense donc que M. Montebourg se trompe", a-t-il déclaré.

Mélenchon et les "apprentis sorciers" qui préparent le feu

Au cours de la même interview, l’ancien membre du Parti socialiste a également critiqué les programmes de ses principaux candidats. "Je constate qu’il y a des apprentis sorciers et des gens qui préparent un programme qui va mettre le feu pour la suite. Je parle de Mme Le Pen, cela va de soi. Elle, on a bien compris, c’est "d’abord ma tribu". Alors tous les autres sont transformés en suspects. On a intérêt, au contraire, à ce que tout le pays se rassemble et resserre les rangs. Mais les autres sont tout aussi dangereux, ceux qui se réclament des traités européens, de Mme Merkel, etc. C’est terrible, parce que la France, là-dedans, elle disparaît", a-t-il ajouté.

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio