single.php

Marlène Schiappa se défend de "distribuer des CAP petite enfance aux mères"

Par Benjamin Jeanjean

Alors que la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les hommes et les femmes Marlène Schiappa travaille actuellement à un dispositif censé valoriser officiellement le travail de jeunes parents, les professionnels de la petite enfance sont montés au créneau. Le secrétaire d’État leur a répondu ce lundi.

Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'Égalité entre hommes et femmes (©STEPHANE DE SAKUTIN - AFP)

C’est une mesure qui n’a pas vraiment plu aux professionnels de la petite enfance. Secrétaire d’État à l’égalité hommes-femmes, Marlène Schiappa a récemment affirmé vouloir valoriser le travail de jeunes parents au foyer (pour beaucoup d’entre eux, des femmes) en leur offrant un diplôme. Une mesure qui n’a pas vraiment plu aux professionnels de la petite enfance, qui y voient une dévalorisation de leur propre travail. Au micro d’Europe 1, la secrétaire d’État a tenu à mettre les points sur les i.

"Je n'ai jamais proposé de distribuer des CAP petite enfance aux mères"

"Je n'ai jamais proposé de distribuer des CAP petite enfance aux mères. Lors d’une audition au Sénat, j’ai expliqué après une heure de demi de description de l’ensemble de nos mesures pour l’égalité entre les femmes et les hommes que nous lancions une réflexion qui visait à trouver des parcours diplômants pour ces mères et ces pères qui sont jeunes, qui sont sortis du parcours scolaire sans un baccalauréat, sans un brevet, qui ont élevé leurs enfants et se retrouvent avec un CV qui est une page blanche", a-t-elle déclaré.

"Près de 6000 mères mineures en France qui n’ont pas le moindre diplôme"

"Sur le fond, il ne s’agit pas de distribuer des CAP petite enfance aux mères de famille. Il s’agit d’un dispositif déjà existant qui s’appelle la VAE : Validation des Acquis de l’Expérience. Cela existe déjà pour les métiers de la petite enfance. Le dispositif sur lequel nous travaillons vise à établir une formation pour ces jeunes parents (…) et à les accompagner vers la réinsertion professionnelle. Il y a en France près de 6000 jeunes mères mineures qui n’ont pas le moindre diplôme et qui se retrouvent à 20 ans ou 25 ans sans rien sur le marché du travail. Si on ne fait rien, elles entreront dans un chômage de longue durée ou erreront d’une mission à une autre dans la plus grande précarité. Il est inacceptable de ne rien faire pour elles. Je ne cherche pas la symbolique, je cherche l’efficacité. Et je pense que ce parcours diplômant serait efficace", explique-t-elle par ailleurs.

L'info en continu
17H
16H
15H
13H
12H
11H
10H
09H
Revenir
au direct

À Suivre
/