"Marine Le Pen n'est pas en mesure de devenir présidente", estime Jérôme Rivière

Depuis les élections régionales, Jérôme Rivière est persuadé que Marine Le Pen a "un plafond de béton", l'empêchant de gagner la présidentielle. Le député européen, porte-parole d'Éric Zemmour et vice-président de Reconquête, était l'invité du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

Marine Le Pen Jérôme Rivière
Jérôme Rivière, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le vendredi 18 février, dans "le petit déjeuner politique".

Ralliements de cadres du Rassemblement national à Éric Zemmour, guerre entre les deux candidats du camp national, projets présidentiels : Jérôme Rivière a répondu aux questions de Patrick Roger.

 

Le plafond de verre est devenu "un plafond de béton" pour Marine Le Pen

Premier cadre du Rassemblement national à avoir rejoint Éric Zemmour, Jérôme Rivière estime que "Marine Le Pen ne peut pas devenir présidente de la République". Convaincu que son plafond de verre est devenu "un plafond de béton, parce qu'elle s'appelle Marine Le Pen". Le député européen en veut pour preuve la défaite de Thierry Mariani aux dernières élections régionales, "alors qu'il était le meilleur candidat". 

Une analyse qu'il pense partagée par la candidate du RN qui a, en conséquence, "reconstruit différemment son parti en le rétrécissant". "C'est devenu le Rétrécissement national", sourit-il. Il dénonce en effet "une direction autour d'une toute petite équipe en prévision d'une future défaite". Le choix de rejoindre Éric Zemmour "n'est pas une traîtrise", selon Jérôme Rivière qui rappelle que l'ancien journaliste n'est devenu candidat que début décembre.

 

"On ne fait pas une campagne de débauches"

Avant cette candidature, l'ancien élu du RN reconnaît le fait que Marine Le Pen a "tenu seule le camp national, avec courage" mais déplore qu'elle ne s'oppose plus à certains sujets comme la PMA sans père ou la présence du lobby LGBT dans l'Éducation nationale. Selon lui, Éric Zemmour est fort pour "présenter la présidentielle comme un enjeu de survie pour la France". Tandis que sa concurrente a débuté sa campagne sur la nationalisation des autoroutes et la privatisation de la télévision publique. "Propositions intéressantes mais qui ne font pas un programme d'une présidentielle", commente l'eurodéputé. "Zemmour est venu avec un diagnostic, des solutions à un problème", se félicite-t-il.

L'objectif de cette campagne "n'est pas de saboter" celle de Marine Le Pen, contrairement à ce que rétorquent ses soutiens. "J'ai une admiration profonde pour tous ses militants qui font un boulot extraordinaire mais qui ne connaissent jamais de victoire", confie Jérôme Rivière qui conseille au RN de "se remettre en question". Le vice-président de Reconquête assure "ne pas faire une campagne de débauches" mais "de projets", tout en assurant "accueillir tous ceux qui se reconnaissent dans ce programme, qu'ils viennent de LR, RN ou d'ailleurs". Si "Marine Le Pen n'est pas en mesure de devenir présidente de la République", Jérôme Rivière estime qu'Éric Zemmour "est le meilleur candidat, capable de faire la jonction entre les patriotes-conservateurs de LR et les nationaux-populistes du RN". Reste à calmer les antagonismes entre les deux candidats parce que, "quoi qu'ils en pensent, leurs électeurs se retrouveront contre Emmanuel Macron".

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"