Manon Aubry : "Macron est en train de détruire le système de retraites"

Manon Aubry, députée européenne La France Insoumise, est défavorable à l'augmentation de la durée de cotisation pour la retraite et estime qu'une création massive d'emplois est la solution. Selon elle, il faudrait revoir en profondeur l'impôt sur les sociétés.

Manon Aubry interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, le 28 août 2019 à 7h40.

Manon Aubry était l’invitée politique de Patrick Roger le 28 août 2019 sur Sud Radio. La député européenne La France Insoumise est revenue sur les propos d'Emmanuel Macron quant à la réforme des retraites, mais aussi sur la taxe GAFA.

Retraites : Manon Aubry est défavorable à l’augmentation de la durée de cotisation

Interrogée sur la préférence d’Emmanuel Macron de privilégier la durée de cotisation plutôt que l’âge de départ à la retraite, Manon Aubry a déclaré : "cela revient au même. Il faut savoir que d'ici 30 ans il y aura 6 millions de retraités de plus. Soit on garde la même taille du gâteau et on appelle ça âge pivot, durée de cotisation, peu importe, mais globalement on décide de ne pas travailler plus. Soit on décide d'augmenter la taille du gâteau pour faire face à l’augmentation du nombre de retraités et on augmente le montant de cotisation.

Et la députée européenne La France insoumise d'ajouter : "Il faut garder à l’esprit que l'âge moyen de l’espérance de vie en bonne santé est autour de 64 ans. Si on veut nous faire travailler plus longtemps, c'est des gens qui vont travailler en mauvaise santé. Il faut aussi garder à l’esprit que si l’espérance de vie globale s’est améliorée, c’est aussi parce qu’on travaillait moins longtemps. C’est un choix de société à faire."

La France Insoumise prône un âge de départ à la retraite à 60 ans

"En passant d’un système par répartition à un système par capitalisation on individualise le système de retraite. C’est-à-dire que chacun va se débrouiller. Dans cette guerre de tous contre tous, ceux qui ont les meilleurs revenus vont s’en sortir. Ils vont mettre leurs économies dans des systèmes d’assurance privés, qui au passage vont s’en mettre plein les fouilles.

Nous, on propose d’avoir un âge de départ à la retraite à 60 ans. C’est faisable financièrement parlant. On le fait en augmentant le taux d’emploi. Si on met en place une politique de relance, en investissant notamment dans la transition écologique, les énergies renouvelables, on crée près de 900.000 emplois, on augmente le nombre de personnes en activité. Résultat, par personne ça revient moins cher. En plus, si vous comblez les écarts de salaire entre les hommes et les femmes, vous financez davantage la protection sociale", a poursuivi Manon Aubry.

"La taxe GAFA n’est pas une solution"

Interrogée sur les rebondissements autour de la taxe GAFA française, Manon Aubry a déclaré : "la taxe GAFA n’est certainement pas une solution. Cette taxe est un coup d’épée dans l’eau. On n’arrive pas à taxer les grandes entreprises multinationales du numérique, mais pendant ce temps-là il y a Nike ou encore McDonald’s, pris dans le dernier scandale de Paradise Papers. On dit : 'on n’arrive pas à vous taxer, alors on crée une taxe microscopique et on ferme les yeux sur tout ce que vous faites d’autre'.

À mon sens, il faut redéfinir l’assiette fiscale de l’impôt sur les sociétés. Il faut définir un taux d’imposition en fonction du chiffre d’affaires et du nombre de salariés. Vous croyez que Google et Amazon vont quitter la France ? Bien sûr que non, on s’en sert au quotidien".

Un air d'islamophobie à La France Insoumise ?

Interrogée sur la possible islamophobie au sein de la France Insoumise, comme l’avait laissé entendre le philosophe Henri Peña-Ruiz lors de l’université d’été de La France Insoumise à Toulouse, Manon Aubry a défendu son parti : "L’islamophobie n’est pas le terme qui doit être utilisé. On a le droit de critiquer une religion mais pas de critiquer des personnes qui ont quelle que religion que ce soit. Je crois que notre position sur la laïcité est très claire".

"La frontière entre Les Républicains et Le Rassemblement National est très faible"

S’agissant de la déclaration de Guillaume Larrivé, candidat à la présidence des Républicains, qui prône la suppression du droit du sol pour éviter une "immigration de remplacement en France et en Europe", Manon Aubry a déclaré : "cela montre que la frontière entre Les Républicains et Le Rassemblement National est extrêmement faible. Ce discours est exactement celui qu’on entend de la part du Rassemblement National. En ce qui concerne La France Insoumise, nous ne sommes pas pour une remise en cause du droit du sol".

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !