Manon Aubry : "il est plus que temps d'interdire les grenades de désencerclement"

Ce nouveau week-end de mobilisation a montré la dangerosité des grenades de désencerclement et des lanceurs de balle de défense, selon la tête de liste de la France insoumise pour les élections européennes. Manon Aubry réclame une clarification aux autres forces de gauche sur la question des traités européens, et dénonce, avec les réunions du Grand débat national, des meetings aux frais du contribuable pour la République en Marche.

"Combien de mains et d'yeux arrachés ?"

Un week-end encore marqué par les violences : une voiture de patrouille Vigipirate en flammes a fait le tour du web, mais c'est surtout la main arrachée d'un manifestant que retient Manon Aubry:

"Les violences sont à déplorer, mais elles ne sont pas représentatives de l'ensemble du mouvement. Mais il y a aussi les violences des forces de l'ordre. Ce week-end encore, on a eu une main arrachée avec une grenade de désencerclement. Il est plus que temps de les interdire. Un rapport du ministère de l'Intérieur avait demandé leur interdiction immédiate, l'IGPN dit que c'est très dangereux. Combien de mains et d'yeux arrachés avec ces armes de guerre, avant qu'on n'interdise ces grenades ? Un lanceur de balles de défense, ça envoie des balles à 300 km/h. C'est conçu pour interpeller, pas pour viser une foule ! Même l'Allemagne, qui fait face aux hooligans, ne l'utilise pas."

Un référendum à questions pipées?

La tête de liste de la France insoumise, qui dénonce une certaine, hypocrisie, sur la question du flou des revendications:

"J'entend Gabriel Attal dire qu'il ne sait pas ce que veulent les Gilets Jaunes... ça fait 13 semaines qu'ils le répètent ! 13 semaines qu'ils répètent qu'ils veulent un partage des richesses et du pouvoir, plus de justice fiscale avec le rétablissement de l'ISF par exemple."

Alors que l'exécutif envisage un référendum après le Grand débat, Manon Aubry se méfie: "Un référendum, à condition que les questions ne soient pas pipées : Emmanuel Macron a déjà annoncé qu'il ne serait pas question de l'ISF, de la répartition des richesses. Alors à quoi bon? J'invite ceux qui veulent remettre en cause la politique d'Emmanuel Macron à se saisir des élections européennes."

Meetings LREM aux frais du contribuable?

Elle tacle au passage la majorité, qu'elle accuse de faire campagne gratuitement à l'occasion de ce Grand débat : "est-ce que le gouvernement va rapporter, dans ses comptes de campagne, les réunions organisées au frais de l'Etat ? Agnès Buzyn a encore fait référence aux élections européennes lors d'une réunion en marge du Grand débat."

"Les autres forces de gauche ne remettent pas en causes les traités européens"

Manon Aubry assume une divergence de fond, sur l'Europe, qui le rend impossible un rassemblement des forces de gauche pour le moment :

"Benoît Hamon organise une votation citoyenne auprès des partis de gauche. Moi je lui dis: rassemblons nous, d'accord, mais sur quel projet ? Est-ce qu'on remet en cause des traités européens? Ces traités qui empêchent toute harmonisation sociale et fiscale, qui empêchent l'investissement massif dans la transition écologique. A traités constants, une politique en faveur du progrès social et écologique est impossible. Notre liste est très clair. Aujourd'hui, personne à gauche ne remet en cause ces traités à part la France insoumise."

 

Les rubriques Sudradio