Manifestations du 1er mai : "Pas de troisième tour social"

Que penser des manifestations du 1er mai, ainsi que des multiples violences dont elles ont été émaillées à Paris ?

Le syndicat Force ouvrière manifestait ce dimanche 1er Mai. Cette fête du travail aura-t-elle amorcé un troisième tour social ?

Pouvoir d'achat, retraites, les revendications du moment

"Non, je ne parle pas de troisième tour social. Sinon cela voudrait dire qu’aujourd’hui, ce serait fini, estime Yves Veyrier, secrétaire général de Force ouvrière. Historiquement, le 1er mai est une journée nationale de solidarité entre syndicats et travailleurs. Il y a des raisons en ce moment. Nous sommes en contact avec les syndicats en Ukraine. Nous surveillons ce qu'il se passe en Biélorussie, où des syndicalistes ont été arrêtés."

"Les manifestations d’hier portaient aussi les revendications du moment : pouvoir d’achat, retraites. Nous étions là hier et nous le serons demain." Quid de l’idée, émise notamment par François Bayrou, d’un référendum sur les retraites ? "J’avais déjà expliqué qu’il ne fallait pas faire de l’élection présidentielle un pseudo référendum sur les retraites. Beaucoup d’électeurs ont voté pour des raisons diverses. Tous ne sont pas concernés sur le sujet, et il y avait le front républicain."

Des violences pour ne pas parler des manifestations

"Si vous faites un référendum auprès de tous sur le recul de l’âge de la retraite, vous avez toute une population qui n’est pas concernée, rappelle Yves Veyrier, secrétaire général de Force ouvrière. Les retraités, par exemple. Les professions libérales les rentiers, ceux qui ont de très bons revenus, non plus. On va poser une question, avec une façon de la poser. Je ne suis pas du tout favorable à cela. Les retraites, la sécurité sociale, cela a toujours été négocié avec les syndicats et les organisations patronales."

Il y a encore eu des violences et des casseurs dans les rues de Paris lors de cette manifestation du 1er mai. La police aurait-elle été une nouvelle fois dépassée ? "Ce sont des violences inacceptables, qui n’ont rien à voir avec l’objet de la manifestation. Elles ont pour résultat, et sans doute pour objet, de faire que l’on parle d’autre chose."

 


Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !