single.php

Macron "n'a pas l'audace suffisante" ni "la fermeté nécessaire", selon Pécresse

Par Mathieu D'Hondt avec AFP

Selon la présidente de la région Île-de-France, le nouveau président "n'a pas l'audace suffisante", ni "la fermeté nécessaire" pour la fonction suprême.

Thumbnail

Si Valérie Pécresse a voté pour Emmanuel Macron ce dimanche, c'est avant tout "un vote par défaut" pour faire barrage au Front national, et non pas par adhésion au programme et encore moins à la personnalité du nouveau président. Selon elle, l'ex-ministre de l'Économie "incarne une forme de continuité avec le quinquennat précédent dont les Français ne veulent plus".

Interrogée par nos confrères de Radio Classique et Paris Première, la présidente de la région Île-de-France pense que M. Macron "a gagné sur une certaine forme d'ambiguïté, et que ses réformes n'ont pas l'audace suffisante pour sortir la France du fléau du chômage". "Il n'a pas l'audace réformatrice que j'attends et que le pays attend", a-t-elle ajouté, affirmant au passage que le nouveau chef de l'État n'avait pas non plus "la fermeté nécessaire", pour trancher dans des dossiers tels que "la sécurité, l'autorité, le communautarisme", ou encore "l'islamisme radical".

Se projetant déjà sur les élections législatives, qui auront lieu les 11 et 18 juin prochain, Valérie Pécresse a déclaré que l'on rentrait désormais "dans un nouveau cycle électoral", où l'on allait "enfin avoir le débat projet contre projet". Chose qui, selon elle, n'avait pas été possible "pendant les présidentielles", "à cause des affaires qui ont terni la campagne".

L'info en continu
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/