single.php

Macron au Vatican : "Il assume la dimension religieuse de l'histoire de France"

Par La Rédaction

L'abbé Grosjean, prêtre du diocèse de Versailles et secrétaire général de la commission éthique et politique du diocèse, était l'invité du Grand Journal de 18h sur Sud Radio.

pape françois, couples homosexuels
Le Pape François en visite à Marseille. (KHALED DESOUKI AFP)

Emmanuel Macron effectue ce mardi sa première visite officielle au Vatican, notamment pour y recevoir la décoration de chanoine d'honneur de la basilique Saint-Jean-de-Latran.

Une visite qui est évidemment vue d'un bon œil par l'église française. Invité du Grand Journal de 18h sur Sud Radio, l'abbé Grosjean, prêtre du diocèse de Versailles, secrétaire général de la Commission éthique et politique du diocèse, s'est réjoui de cette visite présidentielle : "Le président Macron, en voulant aller recevoir solennellement ce titre, qui est plus honorifique qu'autre chose, s'inscrit dans une histoire. C'est sa façon s'assumer l'histoire de France, y compris dans sa dimension religieuse, avec l'importance que la relation avec l'Église catholique a toujours eu dans l'histoire de France, que ce soit avec la monarchie ou la République."

"Le président de la République ne fait que reconnaître la légitimité et l’importance de l’engagement des Catholiques dans la vie du pays, à côté des autres, a-t-il ajouté. C’est aussi important qu’il reconnaisse l’importance du dialogue entre l’État et les religions. Tout ça, c’est une saine laïcité. La laïcité, ce n’est pas l’effacement des religions, mais de reconnaître chacune des confessions et permettre à chaque Français de vivre pleinement sa foi."

Au menu de cette rencontre, il y aura également la question de la place des migrants en Europe, sujet particulièrement sensible, notamment au vu de l'actualité ces dernières semaines. Pour l'abbé Grosjean, le Pape sera dans son rôle "d'éveilleur des consciences" face à Emmanuel Macron : "Le Pape n'est pas, surtout sur cette question, dans un discours simpliste. Il dit qu'il y a effectivement le droit pour ceux qui fuient la guerre, la misère, de quitter leur pays pour trouver des conditions de vie meilleures, mais qu'il y a aussi un droit pour les pays de réguler cette immigration. La charité, dans l'urgence, prime. Mais ce n'est pas 'Venez Tous' ou 'Tous dehors'. il s'agit de trouver l'équilibre qui permet d'accueillir, mais aussi d'intégrer. Le Pape est là pour éveiller les consciences, aider les politiques à avoir le discernement le plus juste possible."

Écoutez l'interview de l'abbé Grosjean, invité du Grand Journal de 18h au micro de Véronique Jacquier

 

L'info en continu
23H
22H
21H
19H
18H
17H
16H
14H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/