"Macron a interdit le débat public, c'est un scandale démocratique !" estime Geoffroy Didier

Geoffroy Didier, député européen et directeur de la communication de Valérie Pécresse, était l'invité du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio. "Il n'y a pas de campagne présidentielle, c'est un scandale démocratique !" a-t-il affirmé.

Pécresse Macron
Geoffroy Didier, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 21 mars, dans "le petit déjeuner politique".

Emmanuel Macron est toujours en tête des intentions de vote au premier tour des présidentielles. Où en est la campagne de Valérie Pécresse ? Geoffroy Didier a répondu aux questions de Patrick Roger.

Geoffroy Didier : "Emmanuel Macron a interdit le débat public, c'est un scandale démocratique !"

Valérie Pécresse patine dans les intentions de vote : elle se retrouve parfois en 5e position au premier tour selon certains sondages récents. "Il n'y a pas de campagne présidentielle !", se défend Geoffroy Didier. S'il comprend qu'on "parle beaucoup de la guerre en Europe", il déplore un manque de débat interne. "Il n'y a pas de débat public sur la place des seniors dans la société, la difficulté de se loger, l'école, la réforme de l'hôpital. Il n'y a pas de débat public, pas de débat télévisé".

Pour Geoffroy Didier, "le président sortant ne veut pas se justifier sur son bilan qui est son boulet, ni sur son projet puisqu'il n'en a pas." "Emmanuel Macron a interdit le débat public", affirme le député européen. "Il a demandé à ses ministres et parlementaires de ne pas aller à la télévision débattre, pour court-circuiter la campagne et étouffer le débat. C'est un scandale démocratique. Les candidats n'ont pas pu se confronter, se contredire. Le débat est l'âme de la France, les Français le méritent". "Je crains que les Français se réveillent après l'élection présidentielle".

 

"Emmanuel Macron fait semblant d'être de droite"

"Il faut réveiller les esprits, dire qu'il y a une alternative au pouvoir sortant, au bilan calamiteux d'Emmanuel Macron, estime Geoffroy Didier. Il y a mille milliards d'euros de dette supplémentaire, rappelle-t-il. À peine 15% des clandestins sont reconduits, il y a une explosion de la violence de 32%, un déficit public et commercial record ! C'est un bilan plus que problématique : catastrophique". "Regardez et demandez le programme !", appelle le directeur de la communication de Valérie Pécresse. "Exigez de vos candidats qu'ils se confrontent !"

"Regardez les différences entre les projets. J'ai entendu Emmanuel Macron faire semblant d'être de droite, picorer parmi les propositions de Valérie Pécresse". La candidate accuse Emmanuel Macron de piller ses idées pour son programme de campagne. "Elle a dit que quand il copiait, il le faisait mal et a rappelé qu'il existe des différences fondamentales entre eux", nuance Geoffroy Didier. Pour lui, "ils ne sont pas faits du même bois. Emmanuel Macron aime plaire, parler alors que Valérie Pécresse aime faire".

 

"Valérie Pécresse ne sait pas vraiment jouer la comédie, tant mieux !"

Certains reprochent à Valérie Pécresse une série de maladresses. "Comme par hasard, la seule personne à qui on ne pardonne rien, dont on ne pardonne rien et on déforme les propos pour tenter de la rendre ridicule, c'est une femme et c'est Valérie Pécresse !, dénonce son directeur de la communication. Pour lui, on ne pardonne rien aux femmes politiques". Il prend également pour exemple Anne Hidalgo.

"Valérie Pécresse ne remportera pas le césar de la meilleure actrice, ça me rassure que pour devenir président de la République, on ne soit pas un acteur et un comédien ! Nous avons, depuis 5 ans, un comédien hors pair à l'Élysée, nous avons Éric Zemmour qui est un acteur de série B. Entre les 2, nous avons Valérie Pécresse qui ne sait pas vraiment jouer la comédie, tant mieux ! Elle est naturelle, offensive, visionnaire. Elle incarne la vraie droite, pas extrémiste, une droite des solutions, là où elle est la meilleure".

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"