Luc Farré : "la valeur du point d’indice n'a jamais augmenté depuis l'élection d'Emmanuel Macron"

"Après le mouvement des Gilets Jaunes, l'exécutif a lâché concernant l’ensemble des Français, mais il n’a rien lâché concernant le pouvoir d’achat des agents publics", a déclaré Luc Farré, secrétaire général du syndicat Unsa Fonction publique.

Luc Farré, secrétaire général du syndicat Unsa Fonction publique, rencontre un représentant du gouvernement le 5 novembre 2019. © AFP

Luc Farré rencontre le 5 novembre 2019 un représentant du gouvernement pour évoquer le pouvoir d’achat dans la fonction publique. Il était l'invité de Patrick Roger le même jour dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

 

"Nous regrettons le choix du gouvernement de ne pas augmenter la valeur du point d’indice"

"Le gouvernement organise aujourd’hui une réunion sur le budget 2020, pour voir comment il va essayer de tenir compte des demandes des organisations syndicales. À l’Unsa, nous regrettons le choix du gouvernement de ne pas augmenter la valeur du point d’indice, c’est-à-dire la base de rémunération des agents publics, fonctionnaires comme contractuels.

Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, il y a eu une augmentation de 3,8% des prix à la consommation, alors même qu’il y a eu une augmentation de 0% de la valeur du point d’indice. Or, les Français sont demandeurs de l’augmentation du pouvoir d’achat. Par exemple, pour un petit salaire de début de carrière de 1.250 euros, une augmentation de 3,8% représente 40 euros", a déclaré Luc Farré.

"Il n’est pas question que la réforme des retraites fasse des perdants"

S’agissant des 17 milliards d’euros qui ont été "lâchés" pour booster le pouvoir d’achat des Français au plus fort de la crise des Gilets Jaunes, Luc Farré a déclaré : "l'exécutif a lâché concernant l’ensemble des Français, mais il n’a rien lâché concernant le pouvoir d’achat des agents publics. Les fonctionnaires et les contractuels de la fonction publique sont remontés. Il y a un problème de confiance, il y a un sentiment d’injustice. Il faut que le gouvernement ait une politique salariale adaptée, qui reconnaisse les agents publics et qui rende la fonction publique attractive. C’est un message que je lance au gouvernement ce matin".

Au sujet de la réforme des retraites, qui amènera la disparition du régime spécial des fonctionnaires, Luc Farré a déclaré : "si on parle de retraites, on voit bien que la construction de carrière des agents publics se fait sur la durée. Changer de régime impliquera de trouver un autre système de calcul. Pour nous, à l’Unsa, il n’est pas question que cette réforme fasse des perdants".

 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !