LGV Bordeaux-Toulouse : "Un projet utile et finançable" pour Carole Delga

Carole Delga, présidente de la région Occitanie et membre de la direction collégiale du Parti socialiste

Carole Delga, présidente de la région Occitanie et membre de la direction du Parti socialiste, était l'invitée politique du Grand Matin Sud Radio.

Un serpent de mer. Les élus locaux de la région Occitanie se mobilisent ces derniers jours pour faire avancer le projet de lignes à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse et entre Montpellier et Perpignan.

Invitée du Grand Matin Sud Radio, Carole Delga, présidente de la région, a une nouvelle fois défendu le projet. "La ministre des Transports nous a reçus à plusieurs reprises. Nous avons rappelés plusieurs points, notamment que 60 % des Français qui sont à plus de 4h de Paris sont dans notre région. Il y a véritablement des inégalités territoriales. C’est un projet utile et finançable. Avec Alain Rousset, Alain Juppé, Jean-Luc Moudenc, nous avons proposé des modalités de financement. Nous demandons à ce que la 4e métropole de France, que les Perpignanais soient au centre de l’Europe, proches de Paris. Nous sommes réalistes, nous avons fait des propositions, c’est nous, les régions, qui avons financé cette ingénierie financière."

 

"À travers la LGV Bordeaux-Toulouse, c'est aussi l'amélioration des trains du quotidien, notamment la ligne Toulouse-Montauban, a appuyé Carole Delga. Nous avons besoin des LGV pour être reliés à Paris, mais aussi pour améliorer les transports du quotidien et résorber ces bouchons routiers que nous connaissons tous les jours."

C'est une très belle candidature que celle de Najat Vallaud-Belkacem

Celle qui est également membre de la direction collégiale du Parti socialiste explique que le parti, après avoir connu "une sacré défaite", doit plutôt se concentrer sur les idées que sur les batailles de personnes, c'est pourquoi elle ne veut pas indiquer la personne qu'elle soutient pour prendre la tête du parti. En revanche, elle juge "très belle" la candidature de Najat Vallaud-Belkacem.

Pour Carole Delga, surtout, le Parti socialiste doit "envoyer un signal comme quoi nous avons pris en compte les erreurs. Il faut une candidature qui incarne le renouvellement et les nouvelles pratiques."

Écoutez l'interview de Carole Delga, invitée du Grand Matin Sud Radio, présenté par Patrick Roger et Sophie Gaillard

 

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Pierre Recarte
- Mardi 5 décembre 2017 à 10:17
Il est amusant de constater qu’il existe toujours de bonnes raisons pour réaliser une LGV. Pour Carole Delga la LGV Bordeaux-Toulouse permettrait «d’améliorer les transports du quotidien et résorber ces bouchons routiers ». Pour Alain Rousset la LGV Bordeaux-Espagne permettrait de libérer des sillons sur la ligne existante (dont le taux actuel d’occupation est de 28% !) pour le fret ferroviaire à l’instar de ce qui se passe dans le sud-est de la France. Rappelons qu’il existe en effet une autoroute ferroviaire reliant Perpignan à Bettembourg. Elle transporte 40 000 semi-remorques par an ce qui représente 6% du trafic routier poids lourds ! Peut-on dans ces conditions justifier de tels investissements ? Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax (327 km): 33,02M€ le km (dossier d’enquête publique) ; Dax-Espagne : 43,5 M€ (selon le Commissariat Général à l’Investissement) Quand est-ce que nos grands élus cesseront de dilapider les fonds publics pour financer des projets inutiles ?
Pierre Recarte
- Mardi 5 décembre 2017 à 10:26
Dax-Espagne: 91km, 43,5 millions d'euros le kilomètre!

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio