Les Républicains : "Je prendrai ma part à leur rénovation" assure Michel Barnier

Michel Barnier, ancien Ministre LR et ancien commissaire européen, était l'invité du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

Les Républicains
Michel Barnier, interviewé par Philippe David sur Sud Radio, le 8 juillet, dans "le petit déjeuner politique".

Présidence des Républicains, situation au Royaume Uni : Michel Barnier a répondu aux questions de Philippe David.

Michel Barnier : "Je prendrai ma part à la rénovation des Républicains"

Les Républicains se retrouvent sans président depuis le départ de Christian Jacob de la présidence le 1er juillet dernier. Quel serait le bon profil pour le futur président des LR ? "Quelqu'un qui sache remettre les gens autour de la table, respecter les sensibilités, affirme Michel Barnier. Il y a toujours depuis le général de Gaulle beaucoup de sensibilités différentes dans notre parti, souligne-t-il. Des souverainistes et des Européens, des libéraux et des étatistes. Des conservateurs et des progressistes. Quand on ressemble à la France nous gagnons, quand on cesse on perd ! Il faut garder ces sensibilités et refonder notre projet politique".

Michel Barnier sera-t-il candidat à la présidence des LR ? "Je n'ai pas de plan de carrière mais je suis prêt à être utile dans ma famille politique comme j'ai toujours été, annonce l'ancien ministre. J'ai voulu être candidat à la primaire de la présidentielle, je ne le regrette pas. Ça n'a pas marché mais je reste capable d'être utile. Je prendrai ma part à cette rénovation, je le ferai dans un jeu collectif". Selon lui, la priorité pour reconstruire LR est "le respect entre nous et savoir dire à quoi sert la droite républicaine dans ce pays. Sur les valeurs qui sont les nôtres, d'autorité, de liberté. J'ai toujours été militant d'une droite sociale, républicaine et européenne".

 

Retour du Royaume Uni dans l'UE : "La porte reste ouverte mais ce n'est pas le sujet actuel"

Le départ de Boris Johnson ouvre-t-il une nouvelle page dans les relations entre le Royaume Uni et l'Europe ? "C'est le voeu que j'ai exprimé mais je n'en suis pas complètement sûr, estime Michel Barnier. Ça dépendra de qui sera le nouveau Premier ministre britannique et dans quel état d'esprit il sera à l'égard de sa propre signature". Michel Barnier "reproche à Boris Johnson de ne pas respecter sa signature, le traité qu'il a lui-même négocié. Notamment sur l'Irlande, où la paix est en cause". "Je n'ai pas compris sa politique. C'est un homme politique baroque. Un homme cordial, convivial, habile. Mais ça ne suffit pas d'être habile".

"Ça dépendra aussi dans quel état d'esprit il sera à l'égard de l'Union européenne" ajoute-t-il. Sur un éventuel come back après le Brexit, "je ne crois pas que l'état d'esprit a changé. La porte reste ouverte mais ce n'est pas le sujet actuel. Au-delà de régler le problème du divorce, qui coûte toujours cher, j'ai essayé de limiter les conséquences pendant la négociation. Mon obsession a été de demander le respect de l'esprit de coopération avec les Britanniques. Il y a plein de choses à faire ensemble, de défis à relever mieux ensemble que chacun chez soi".

 

"Élisabeth Borne est une femme compétente et solide qui ne fait pas d'esbroufe"

Élisabeth Borne aurait-elle dû démissionner après la non obtention d'une majorité par Emmanuel Macron à l'Assemblée nationale ? Pour Michel Barnier, "c'est une femme compétente et solide. Son parcours en témoigne. Ce qui est important est le discours de la méthode qu'elle a fait à l'Assemblée nationale. Cette méthode sera-t-elle respectée ? On va le juger très vite". "Son discours était conforme à ce que j'attendais. C'est une femme qui ne fait pas d'esbrouffe".

Michel Barnier précise toutefois que "les ministres devront passer de la culture de l'arrogance à l'assurance à une culture du compromis à laquelle nous ne sommes pas habitués". Selon l'ancien commissaire européen, "le compris n'est pas la compromission. Il y a des compromis dynamiques, il faut en prendre l'habitude au niveau du gouvernement".


Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"