"Les parrainages ont été mis en place pour verrouiller la vie politique", dénonce Nathalie Arthaud

"Nous dénonçons depuis toujours ce système des parrainages", rappelle Nathalie Arthaud. La porte-parole de Lutte ouvrière et candidate à l'élection présidentielle était l'invitée du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

parrainages
Nathalie Arthaud interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, le lundi 21 février, dans "le petit déjeuner politique".

Sens de la candidature, les parrainages, l'état de la gauche, la droitisation de la campagne présidentielle : Nathalie Arthaud a répondu aux questions de Patrick Roger.

 

"Il est légitime qu'une voix qui porte les intérêts du monde du travail puisse se faire entendre"

Alors que la question des parrainages perturbe la campagne présidentielle, Nathalie Arthaud peut compter à ce jour sur 529 signatures d'élus. Suffisant pour pouvoir se présenter lors des prochaines élections. "C'est un effort militant depuis plusieurs mois", confie Nathalie Arthaud qui se félicite de voir "des maires de petites communes attachés au pluralisme".

Des élus qui "ne trouveraient pas normal que des candidats soient choisis par la grande bourgeoisie", pointant du doigt Eric Zemmour, "le candidat choisi par Bolloré". "Ils ont à cœur qu'un courant comme le nôtre puisse se faire entendre", souligne la candidate de Lutte ouvrière qui rappelle que "beaucoup" de maires de petites communes sont issus des classes populaires et "trouvent légitimes qu'une voix qui porte les intérêts du monde du travail puisse se faire entendre".

 

"Ce système des parrainages nous le dénonçons depuis toujours"

A deux semaines de la clôture des parrainages, certains candidats alertent sur leur manque de signatures, comme Eric Zemmour, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. Le président de l'Association des maires de France, David Lisnard, a appelé à la mobilisation, parrainant lui-même le candidat de la France insoumise. "Ce système des parrainages nous le dénonçons depuis toujours", rappelle la candidate qui estime qu'il a été mis en place "pour verrouiller la vie politique". Un moyen pour "les partis installés de se passer le relai".

Nathalie Arthaud ne souhaite pas "qu'un tel ou un tel soit empêché de se présenter" mais ne s'inquiète pas outre-mesure pour ces trois "gros" candidats. "J'ai zéro inquiétude", confie-t-elle, rappelant que François Bayrou a mis en plus une banque des parrainages. "Il va leur faire la courte échelle", note-t-elle. "On parle de candidats présélectionnés et que tout le monde considèrent légitime, s'ils n'arrivent pas à passer cet obstacle, ils seront aidés", prédit la porte-parole de Lutte ouvrière.

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"