single.php

Les derniers jours du quinquennat au ministère de l’enseignement supérieur

Par La Rédaction

Dans moins de trois jours, Thierry Mandon, le secrétaire d’État chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche, quittera ses fonctions. Entre cartons à faire et derniers dossiers à préparer, la passation de pouvoir se prépare.

Thumbnail

Dans le grand bureau de Thierry Mandon, juste en face du Panthéon, à Paris, tout est presque prêt pour partir. "Ce n’est pas quelque chose qui nous surprend. On se prépare depuis des mois, surtout depuis que le président de la République n’a pas été candidat à son renouvellement", rappelle le secrétaire d’État à l’enseignement supérieur et à la recherche, dont la voix résonne dans cette pièce presque vide.  "On a eu le temps d’y réfléchir, on a eu le temps de vérifier que les équipes avaient une activité pour les mois ou les années qui viennent, et de faire la liste des dossiers pour le successeur"

Depuis mercredi, le gouvernement a officiellement démissionné, juste après l’officialisation de l’élection d’Emmanuel Macron par le Conseil constitutionnel. Pour les membres du gouvernement, ne reste donc plus qu’à gérer les affaires courantes, les urgences s’il y en a, et préparer la passation de pouvoir avec le prochain ministre.

Un bilan mi-figue, mi-raisin

L’heure est désormais aux au revoir. Thierry Mandon a vu pour la dernière fois en Conseil des ministres, le président de la République, mercredi dernier. "Il m’a dit 'merci pour tout ce que tu as fait'. Je ne suis pas certain d’avoir eu un traitement de faveur. Ça doit être une formule qu’il a utilisé moult fois dans les remerciements qu’il a adressé aux uns et aux autres", préfère se dire le secrétaire d’État. 

Forcément, avant de partir, il est impossible pour Thierry Mandon de ne pas faire le bilan de l’action du gouvernement, qui se dessine en demi-teinte à écouter le secrétaire d’État. "C’est un bilan sur le plan économique qui s’assume malgré les difficultés sur le front du chômage. Mais il y a quand même beaucoup d’indicateurs qui sont en train d’évoluer positivement", veut croire Thierry Mandon. Sur le plan politique cependant, "le quinquennat se finit en quenouille", selon le secrétaire d’État qui regrette que "personne n’a été candidat pour défendre le bilan auquel on a travaillé".

Après la passation de pouvoir de dimanche entre les deux présidents dimanche, Emmanuel Macron devrait nommer le Premier ministre lundi puis son gouvernement avant mercredi. C’est à ce moment-là que Thierry Mandon connaîtra son successeur. Le secrétaire d’État, une fois le flambeau passé, mettra ensuite sa carrière politique entre parenthèses

L'info en continu
21H
20H
19H
17H
16H
15H
13H
12H
09H
08H
21H
20H
Revenir
au direct

À Suivre
/