Législatives : Marine Le Pen annonce sa candidature et reconnaît plusieurs erreurs

Marine Le Pen (©Philippe Huguen - AFP)
Marine Le Pen (©Philippe Huguen - AFP)

Après quelques jours de réflexion, Marine Le Pen a confirmé ce jeudi soir sur le plateau de TF1 son intention de se présenter aux élections législatives dans le Pas-de-Calais.
 

Candidate malheureuse il y a cinq ans, Marine Le Pen va retenter sa chance aux prochaines législatives, dans sa circonscription fétiche d’Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais. Après quelques jours d’hésitation, celle qui se disait "crevée" par son éreintante campagne présidentielle a annoncé sa décision ce jeudi soir sur le plateau du journal télévisé de 20h sur TF1. 

Une "relation affective très forte avec les habitants du bassin minier"

"Oui je serai candidate dans ma circonscription de Hénin-Beaumont. Je n’imaginais pas ne pas être à la tête de mes troupes. (…) Il faut à l’évidence des députés sans complaisance, qui défendent les intérêts de la France et des Français. La meilleure garantie pour les Français, c’est d’avoir des députés du Front national. (…) Je n’ai pas hésité, j’ai seulement attendu avant de rendre ma décision publique. J’ai une relation affective très forte avec les habitants du bassin minier, je ne me voyais pas ne pas venir pour tenter de les défendre", a expliqué la présidente du Front national.

L’euro et le débat télévisé, les deux erreurs de Marine Le Pen

Par ailleurs, la candidate défaite au second tour de la présidentielle a reconnu ce jeudi soir plusieurs erreurs lors de sa campagne, et notamment deux. "J'ai bien conscience que le sujet de l'euro a inquiété considérablement les Français, de manière presque irrationnelle. Nous allons devoir en tenir compte, discuter, réfléchir. Ce sera le chantier que nous ouvrirons après les législatives, ce sera le congrès. Chacun pourra s'exprimer", a-t-elle annoncé, sans trancher cette question qui divise fortement le Front national en interne. Marine Le Pen a également exprimé ses regrets pour son débat télévisé face à Emmanuel Macron. "Le débat du second tour a été raté pour moi, je le reconnais. J'ai eu peut-être trop de passion et trop de fougue", a-t-elle déploré.

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio