Le bilan d’Emmanuel Macron est "une politique anti-écologique", affirme Delphine Batho

La politique d’Emmanuel Macron est anti-écologiste selon Delphine Batho, députée des Deux Sèvres et porte-parole de Yannick Jadot. Elle était l'invitée du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio

batho macron ecologie
Delphine Batho, interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, le 31 mars 2022, dans "le petit déjeuner politique". 

La politique d'Emmanuel Macron en termes d'écologie, le scandale McKinsey, les lobbys et leur influence... : Delphine Batho a répondu aux questions de Patrick Roger.

McKinsey : le gouvernement n'a pas annoncé que "ça allait s'arrêter"

L’affaire McKinsey entache la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron, après que l’enquête du Sénat a découvert des irrégularités et potentiellement de la fraude fiscale. Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation de la fonction publique, et Olivier Dussopt, ministre des Comptes publics, ont tenté une opération de déminage le 30 mars 2022. Delphine Batho déclare néanmoins que les explications ne la satisfont "nullement". Il y a eu, selon elle, "une forme de discours de relativisation de ce qui est un processus de démantèlement de l’État".

De plus, la députée des Deux-Sèvres juge que cette situation est "le résultat de toutes les politiques qui ont été celles de la réduction du nombre de fonctionnaires". "Ce que le gouvernement annonce, c’est pas que ça allait s’arrêter, cette externalisation. C’est qu’on allait réduire à la marge et qu’il y aurait un rapport pour rendre ça transparent." Le gouvernement a en effet annoncé que les dépenses allaient baisser de 15% environ.

Delphine Batho : "Nous voulons une loi de séparation des intérêts privés et de l’État"

La porte-parole de Yannick Jadot, candidat écologiste à la Présidentielle 2022, explique le programme du candidat à ce sujet : "une loi de séparation des intérêts privés et de l’État". Cette loi permettrait de "revenir à une souveraineté de l’État et de la puissance publique sur ces décisions". Delphine Batho rappelle que le gouvernement actuel n’a fait que "porter à un paroxysme" une tendance de fond depuis des années. "On a démantelé, en fait, la capacité d’analyse, d’expertise, d’élaboration des politiques publiques de l’administration."

Or, depuis une trentaine d’années, explique la députée, il y a eu une "fascination du secteur privé" qui a donné lieu à "des allers-retours" de hauts fonctionnaires entre le secteur public et le secteur privé. "C’est ce qu’on veut arrêter avec la loi de séparation de intérêts."

 

Les entreprises "achètent un carnet d’adresses, de l’influence, la connaissance d’un certain nombre de secrets d’État"

L’ancienne ministre de l’Écologie sous François Hollande dénonce ainsi l’influence des lobbys, "de tous les lobbys", notamment les chasseurs ou encore l’influence de Total. "Le PDG de Total s’est permis de faire ingérence dans la campagne présidentielle française." L’entreprise emploie d’ailleurs plusieurs hauts fonctionnaires français.

"Qu’est-ce qu’achètent les entreprises ? Elles achètent un carnet d’adresses, de l’influence, la connaissance d’un certain nombre de secrets d’État", dénonce Delphine Batho. La loi proposée par Yannick Jadot implique que "tout départ dans le privé sera définitif". Et cela ira même plus loin, précise la porte-parole du candidat écologiste. "Nous considérerons qu’est une prise illégale d’intérêts le fait de mettre au service des entreprises, des connaissances qu’on a acquises parce qu’on avait telle ou telle responsabilité."

 

Le bilan d’Emmanuel Macron est "une politique anti-écologique"

Emmanuel Macron va défendre le 31 mars 2022 son programme ainsi que son bilan du quinquennat passé. C'est la date limite donnée au gouvernement dans la procédure de Grande Synthe par le conseil d’État. Ce dernier avait "donné une injonction au gouvernement de tenir les objectifs climatiques de la France". Et donné jusqu’au 31 mars 2022 pour répondre. "L’État n’a pas répondu."
Pour 2022, Macron promet "des choses qui sont exactement l’inverse de ce qu’il a fait", juge la députée des Deux-Sèvres.

Le bilan d’Emmanuel Macron est "une politique anti-écologique", affirme Delphine Batho. Elle prend en exemple "les pesticides", "la biodiversité" ou encore "l’artificialisation des sols". Le gouvernement a permis la construction de "15 entrepôts Amazon en France au détriment du commerce de proximité". Selon elle, il y a une "amazonisation de la France qui tue l’économie locale, qui est l’inverse de la relocalisation de l’économie".

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"