Laurence Parisot : "Laurent Wauquiez a un discours primaire"

L'ancienne présidente du Medef était l'invitée politique du Grand Matin Sud Radio.

Thumbnail

C'était le premier grand oral de Laurent Wauquiez en tant que président des Républicains. Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes était invité, jeudi soir, de l'Émission politique de France 2. Une prestation remarquée notamment par sa sortie : "Bien sûr que je suis pour l'échange, je parle arabe !"

Pour Laurence Parisot, invitée politique du Grand Matin Sud Radio, le nouveau patron de LR tient "un discours primaire" destiné à "fédérer ses militants".

Il faut que la droite et le centre renouvellent leur pensée

"On voit bien qu'il n'a pas encore élaboré, avec ses équipes, un projet, une véritable doctrine, a indiqué l'ancienne présidente du Medef. Il faut que la droite et le centre renouvellent leur pensée. C'est la raison fondamentale de l'échec de la droite aux dernières élections présidentielle et législatives. Il n'y a pas de modernisation de la pensée économique, sociétale et internationale."

 

 

Exemple, le peu de propositions concrètes de Laurent Wauquiez s'agissant de la maîtrise des dépenses : "On sait, sur les questions économiques, que le gouvernement n'a pas fait de propositions sérieuses pour réduire les dépenses publiques, alors que tous les rapports disent que c'est indispensable. Quel est le projet de LR et de Laurent Wauquiez sur ce point ? C'est une question à laquelle il devrait être en mesure de répondre."

Je considère que la chasse est un loisir d'un autre temps

Ancienne présidente du Medef, Laurence Parisot est aujourd'hui engagée pour défendre la cause animale. À ce titre, elle n'est "pas favorable" au projet d'Emmanuel Macron de rétablir les chasses présidentielles à Chambord, "instrument d'attractivité ", selon lui, qui avaient été supprimées par Jacques Chirac.

"Je considère que la chasse est un loisir d'un autre temps, a expliqué Laurence Parisot. Mais prenons les choses étape par étape. Ce qui me semble essentiel, c'est que la France renonce définitivement à la chasse à cour. Même l'Angleterre y a renoncé (...) Le monde change de ce point de vue et il est temps que la France adopte une position moderne."

 

Toutefois, Laurence Parisot n'a pas "prévu d'être zadiste à Chambord", a-t-elle ajouté dans un sourire : "J'ai plutôt envisagé d'expliquer, d'être pédagogue, de rencontrer tous ceux qui se posent la question et ceux qui ne veulent pas se la poser. En tout cas, je voudrais qu'il y ait un débat sur le sujet."

Écoutez l'interview de Laurence Parisot, invitée du Grand Matin Sud Radio, présenté par Patrick Roger et Sophie Gaillard