"Je soutiens Richard Ferrand " a déclaré Jean-Christophe Lagarde

Jean-Christophe Lagarde
AFP

Depuis minuit la liste des candidats déclarés à la présidence de l’Assemblée nationale est connue. Qui pour remplacer François de Rugy, le nouveau ministre à la Transition écologique. Qui soutient Jean-Christophe Lagarde, l’invité de Patrick Roger.

La course au perchoir est lancée. Pourriez-vous, vous le centriste être candidat ? demande Patrick Roger à Jean)François Lagarde : « Non. Il y a une mauvaise habitude en France qui a été prise à l’assemblée nationale depuis une vingtaine d’années, est que le président de l’Assemblée Nationale qui est le président de tous les députés n’est élu que par le groupe de la majorité. Depuis 2002, il y a un groupe qui a la majorité absolue et ils se débrouillent entre eux. Je regrette cette pratique. Dommage parce que le rôle du président de l’Assemblée nationale est double : il faut à la fois défendre les institutions parlementaires vis-à-vis des Français. En France, on aime bien fantasmer sur le Président et détester le parlement, c’est la culture française. Mais, il doit défendre l’institution vis à vis du gouvernement. Il y a des exigences et il fait en sorte qu’il y ait un contre pouvoir. On’a vu avec l’affaire Benalla. Malheureusement aujourd’hui, il n’y a pas de contre-pouvoir. Le rôle principal du président de l’Assemblée nationale est de permettre à l’opposition de s’exprimer, protéger l’opposition face à la majorité élue. Depuis que je suis député, j’ai connu deux très bons présidents qui ont réussi ce rôle-là. Je pense à Jean-Louis Debré et Claude Bartolome. »

Alors, qui soutenez-vous ? Interroge Patrick Roger. « Je souhaite que Richard Ferrand devienne président de l’Assemblée nationale. Je crois vraiment que ce serait un bon président » affirme le député de Seine Saint Denis. « Richard Ferrand a montré à la fois de la solidité dans la capacité à conduire son groupe et surtout de la capacité à discuter avec les autres groupes. Vous seriez étonné de voir que Richard Ferrand est en situation de parler avec Jean-Luc Mélenchon bien plus que ne l’était François de Rugy pour trouver des façons de fonctionner. »

Le parquet national financier a ouvert une information judiciaire pour « prise illégale d’intérêts » après la plainte de l’association Anticor souligne Patrick Roger. « Ce n’est pas la question de savoir si l’on se met d’accord sur le fond politique mais la question est : est-ce qu’on est capable de débattre dans de bonnes conditions ? Les Français doivent avoir toutes les données d’un problème pour se forger leur propre opinion, c’est ça le boulot de Président. Et cela je pense que Richard Ferrand saura mieux le faire » juge Jean-Christophe Lagarde. « maïs de toutes façons, c’est le groupe « en marche ! » qui va décidé mais comme je suis député, je subirai quoiqu’ arrive le président qu’ils se choisiront. Les Français ont le droit de savoir que le Président de l’Assemblée nationale doit être utile. Et il se trouve que Richard Ferrand serait le meilleur « ajoute t-il.

Une femme comme Barbara Pompili, ça ferait avancer les choses. Ce serait la première fois? estime Patrick Roger. » François de Rugy a rencontré un problème, c’est qu’en réalité il n’avait pas l’autorité sur le groupe En Marche ! sur la majorité donc il ne pouvait pas protéger l’opposition. Barbara Pompili n’aurait aucune autorité sur le groupe En Marche ! Et donc elle ne pourrait pas gérer son rôle institutionnel. Ce n’est pas elle qui est visée en tant que personne. Qu’elle soit femme ou pas, de mon point de vue est assez accessoire, la question est est-ce qu’elle a le poids politique à la fois de contenir le gouvernement quand c’est nécessaire et de protéger l’opposition. Je ne pense pas ! » conclut Jean-Claude Lagarde.

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Niel géra d
- Dimanche 9 septembre 2018 à 09:30
Suis pas étonné de cette prise de position
Lagarde a dû négocier un quelconque avantage
Pas fiable et profiteur du système
Minerve
- Lundi 10 septembre 2018 à 10:00
Élire un président malhonnête carrément impossible
Jacques Queste…
- Lundi 10 septembre 2018 à 10:10
Correction: "qui va décider". Mettre l'infinitif et non le participe passé. Merci…
MARY LAMARCHE
- Lundi 10 septembre 2018 à 11:00
POUR ÊTRE MALHONNÊTE , IL SUFFIT DE VOIR LES CASSEROLLES QUE SE TRAINENT LES MINISTRES ET NOTRE ""CHER "" PRESIDENT AVEC L'AFFAIRE BENALLA QUI REPARAIT: IL N'Y ENA PAS UN DE BLANC DANS CE GOUVERNEMENT DE PARVENUS AVEC CE ROI JUPITERQUI N'EST QUE LE TRISTE PANTIN DE L'U.E. ET DES MILLIARDAIRES QUI L'ONT MIS EN PLACE POUR LEURS PROFITS PERSO !!!
Francis Lacroix
- Mardi 11 septembre 2018 à 13:34
Sur quoi M. Lagarde se fonde t'il pour affirmer que M. Ferrand sera en mesure (et en volonté) de "contenir le gouvernement" ?

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio