J-B. Lemoyne : "Macron fait vivre une partie du message de Juppé"

Jean-Baptise Lemoyne, sénateur de l'Yonne apparenté LR et soutien d'Emmanuel Macron © Sud radio
Jean-Baptise Lemoyne, sénateur de l'Yonne apparenté LR et soutien d'Emmanuel Macron © Sud radio

Jean-Baptise Lemoyne, sénateur de l'Yonne apparenté LR et soutien d'Emmanuel Macron, était ce vendredi l'invité de l'émission Territoires d'infos.

Alors qu'une procédure d'exclusion du parti LR a été adressée à son encontre par Bernard Accoyer (Secrétaire général du parti), notre invité a expliqué les raisons de son ralliement à la candidature d'Emmanuel Macron

Son choix, qualifié de "trahison" par plusieurs élus de droite, s'explique selon lui par sa fidélité "aux engagements [qu'il] avait pris devant [ses] électeurs". Il rappelle ainsi qu'il a été "élu en 2014 en tant que candidat indépendant sans le soutien d'aucun parti et surtout pas celui de l'UMP". Son programme d'alors reposait "sur une profession de foi" dont l'un des "objectifs" était "la moralisation de la vie politique".

Autant d'éléments incompatibles, selon lui, avec les affaires dans lesquelles s'embourbe François Fillon. C'est pourquoi, "il était très engagé pour appeler au plan B".

"Quand Fillon a renié sa parole, j'ai décidé de reprendre ma liberté"

Jean-Baptise Lemoyne a donc décidé de se détourner du camp Les républicains dès l'instant où François Fillon, qui avait pourtant "pris des engagements les yeux dans les yeux devant les Français" a "renié sa parole". Allusion au fait que le candidat de la droite et du centre ait décidé de se maintenir, en dépit de sa promesse de ne pas le faire si d'aventure il se retrouvait mis en examen. 

Le sénateur de l'Yonne explique qu'il s'est "tourné vers Emmanuel Macron car [il] ne voulait pas [se] résoudre au vote blanc". Sa volonté de rejoindre le fondateur du mouvement En marche ! s'explique aussi par un certain nombre de convergences sur lesquelles il est revenu.

Ainsi, il partage avec l'ex-ministre des Finances une "envie" commune de "mettre de côté un certain nombre de dogmes idéologiques pour aller à l'efficacité". Une manière, selon lui, d'en finir avec le bilan peu satisfaisant de tous ces "grands aînés qui se sont succédés à la tête des gouvernements depuis 30 ans".

Se retrouvant dans plusieurs des mesures prônées par Emmanuel Macron, il a même osé le comparatif avec Alain Juppé, candidat qu'il avait soutenu lors de la primaire de la droite.

"Macron fait vivre une partie du message de Juppé"

Affirmant qu'il a choisi de rallier Emmanuel Macron "en lisant le livre" de ce dernier, Jean-Baptise Lemoyne assure que le candidat "permet de réconcilier la droite et la gauche, les chouans et les communards, Ronsard et Grand corps malade".

Vantant certains points du programme de M. Macron, notamment sur le "plan régalien" avec "la création de 10 000 postes de policiers et gendarmes" ou encore "un budget de la défense porté à 2% du PIB", le sénateur considère que le candidat qu'il soutient "fait vivre une partie du message d'Alain Juppé". Les deux protagonistes ayant "en commun le souci de la crédibilité et de l'équité", a-t-il ajouté. Il a par ailleurs précisé que le maire de Bordeaux comprenait son choix, le qualifiant de "courageux" et "honnête".

Il a par ailleurs affirmé que certains de ses "collègues parlementaires ou maire de grandes villes de France", dont il n'a pas souhaité dévoiler les noms, lui ont avoué que "sa démarche les intéressait". 


Invité : Jean-Baptiste Lemoyne - Territoires d... par publicsenat

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio