"Il y a une seule candidature écologiste, c'est celle de Yannick Jadot" affirme Delphine Batho

Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres et porte-parole de Yannick Jadot, était l'invitée du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

Yannick Jadot
Delphine Batho, interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, le 17 février, dans "le petit déjeuner politique".

Campagne présidentielle de Yannick Jadot, soutien de Ségolène Royal à Jean-Luc Mélenchon, stratégie de la gauche : Delphine Batho a répondu aux questions de Patrick Roger.

Delphine Batho : "Il y a une seule candidature écologiste, c'est celle de Yannick Jadot"

Delphine Batho a longtemps été aux côtés de Ségolène Royal, qui a expliqué que le vote utile à gauche était le vote pour Jean-Luc Mélenchon. "Je suis là pour parler d'écologie et des propositions de Yannick Jadot, répond Delphine Batho. Les zig zag de Ségolène Royal qui, il y a 15 jours, soutenait Valérie Pécresse, ça ne m'intéresse pas ! Pour la députée, tout ça participe à une occultation, au grand mensonge dénoncé par 1.400 scientifiques qui fait qu'on ne parle pas de ce qui est important. Des enjeux vitaux du réchauffement climatique qui impacte aujourd'hui de façon flagrante et grave le pouvoir d'achat des Françaises et des Français. Les prix des carburants, les factures d'énergie, l'inflation de l'alimentation sont le résultat direct de l'inaction climatique".

Ségolène Royal, qui a été ministre de l'Environnement, aurait pu être du côté de Yannick Jadot, souligne Patrick Roger. "Je ne souhaite pas commenter les difficultés rencontrées par ce qu'il reste en France de la social-démocratie, insiste Delphine Batho. On n'est pas dans la campagne présidentielle du siècle dernier. Il reste moins de 10 ans pour agir pour le climat. On est aujourd'hui en train de vivre un choc énergétique spectaculaire, avec des conséquences extrêmement graves". Jean-Luc Mélenchon et les Insoumis revendiquent une écologie plus radicale que Yannick Jadot. Mais pour Delphine Batho, "il y a une seule candidature écologiste, c'est celle de Yannick Jadot".

 

"Il y a une petite musique visant à considérer en permanence que nos enjeux ne sont pas sérieux ou secondaires"

Yannick Jadot patine dans les intentions de vote. "Notre cheval de bataille, c'est le climat, le vivant et l'amélioration du pouvoir de vivre des Françaises et Français", martèle Delphine Batho. "Il y a dans cette campagne en permanence l'agitation de débats sur des fantasmes, des idées nauséabondes, au détriment de ce qui est important". La députée fait allusion au "fantasme du grand remplacement, alors que ce qui nous menace, c'est le grand effondrement de nos conditions d'existence". "Nous sommes aux antipodes de cette théorie parce que dans les problèmes du monde aujourd'hui, il n'y a pas de solution dans l'égoïsme, le chacun pour soi. L'enjeu écologiste est un enjeu planétaire. On a besoin de solidarité et retrouver le sens de l'essentiel et de l'humain".

Delphine Batho souhaite revenir sur le discours médiatique ambiant sur les écologistes. Elle défend "une campagne sérieuse, avec un programme concret, un candidat qui a fait ses preuves et qui est solide". La députée dénonce "une petite musique visant à considérer en permanence que nos enjeux ne sont pas sérieux ou secondaires, alors que c'est parmi les premières préoccupations des Françaises et des Français". Elle rappelle "le lien entre le pouvoir d'achat et les enjeux climatiques. Une société mobilisée sur l'enjeu climatique depuis un certain nombre d'années, aurait organisé la sortie de l'énergie fossile. Il est encore temps d'agir sur ce problème qui entre dans la vie concrète quotidienne des Françaises et des Français".

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"