Hugues Renson "contre le moratoire" sur la hausse des taxes sur les carburants

Hugues Renson, député LREM de Paris et vice-président de l'Assemblée nationale, était l'invité politique du Grand Matin Sud Radio.

Les Gilets Jaunes prévoient une nouvelle journée de mobilisation samedi à Paris, une semaine après les incidents sur les Champs-Élysées. La prise de parole d'Emmanuel Macron cette semaine et l'ouverture d'un dialogue qui se profile, alors que des représentants des Gilets Jaunes seront reçus vendredi à Matignon, n'ont pas apaisé les tensions.

"Ce serait mentir de dire qu'on ne traverse pas une zone de turbulences politiques", a reconnu Hugues Renson, député LREM de Paris et vice-président de l'Assemblée nationale, invité politique du Grand Matin Sud Radio, qui craint une nouvelle manifestation sur les Champs-Élysées ce samedi : "On a tous été choqués par ce qui s'est passé samedi dernier à Paris. Les Champs-Élysées ne sont jamais utilisés pour des manifestations, a fortiori politiques. Je ne suis pas favorable à une nouvelle manifestation de cette nature sur les Champs-Élysées parce que les forces de l'ordre nous disent que c'est très difficile à sécuriser."

 

 

Pour Hugues Renson, "ce mouvement agrège beaucoup de mécontentements et beaucoup de mots d'ordre différents : il y a le ras-le-bol fiscal, à l'évidence, mais aussi la situation des classes moyennes, qui ont trop d'argent pour pouvoir bénéficier des aides et pas assez pour s'en passer. Et il y a un certain nombre de territoires qui se sentent relégués."

Il faut réconcilier l'exigence de justice sociale avec l'exigence de la transition écologique

Pour autant, explique-t-il, il n'est pas favorable à un moratoire sur cette hausse des taxes sur les carburants : "Nous avons une exigence, celle de traiter la question environnementale. C'est une urgence absolue. Mais il y en a une autre, c'est la question de la justice sociale. Il faut réconcilier ces deux exigences. On ne peut pas imaginer que ce serait soit la transition écologique, soit la justice sociale. Les deux vont de pair."

 

 

Dans cette période de troubles pour la majorité, Hugues Renson explique qu'il est "important de garder le cap, mais aussi de pouvoir adapter le rythme ou la trajectoire". Et retrouver ce qui a fait la réussite d'En Marche au moment de l'élection présidentielle : "L'exercice du pouvoir est difficile, il isole. Nous nous sommes un peu éloignés de la promesse originelle qui était la notre, à savoir faire de la politique différemment et porter un projet progressiste. J'aimerais que, sur ces deux points, nous soyons très proches de ce que nous avons promis aux Français."

 

Les rubriques Sudradio