single.php

Hervé Mariton : "Si on veut des lois applicables, il ne faut pas trop charger la barque"

Par Benjamin Jeanjean

Député sortant de la Drôme et maire de Crest, Hervé Mariton était l’invité ce jeudi de Territoires d'Infos, la matinale de Sud Radio et Public Sénat présentée par Cyril Viguier, avec la presse quotidienne régionale. Selon lui, la loi sur la moralisation de la vie publique est une bonne initiative, mais doit être bien calibrée.

"Une initiative de ce type est la bienvenue". Sur le plateau de Territoires d'Infos, la matinale de Sud Radio et Public Sénat présentée par Cyril Viguier avec la presse quotidienne régionale, le député-maire de Crest (Drôme), Hervé Mariton, s'est dit favorable au projet de loi sur la moralisation de la vie publique, que devrait présenter très prochainement le ministre de la Justice François Bayrou. "Il est indispensable de prendre le temps, non pas pour envoyer cette loi aux calendes grecques, mais pour que les groupes parlementaires soient reçus, pour que les patrons de partis et les associations d’élus soient consultés, et pour distinguer ce qui est important de ce qui ne l’est pas. Car si on veut des textes qui tiennent debout et des lois applicables, il faut aussi savoir ne pas trop charger la barque et pas donner de leçons de morale à la planète entière", a-t-il toutefois précisé.

"Ce mélange entre la morale et la loi est assez curieux"

Au sujet de l’affaire Ferrand, pour laquelle le parquet de Brest va ouvrir une enquête préliminaire, Hervé Mariton déplore un contexte pesant pour la France. "Les Français ont besoin d’optimisme. (…) Ils ont accepté ce pari avec Macron. La politique, ce n’est pas prospérer sur le malheur des gens. Je crains que ce climat d’affaires ne scotche ce rebond. J’ai envie qu’on en sorte rapidement pour retrouver ce chemin d’optimisme", a-t-il regretté, avant d’appeler à la prudence avant toute conclusion hâtive. "Cet espèce de mélange qu’on a depuis des mois entre la morale et la loi est assez curieux. Si la loi est loin de la morale, alors il est urgent de la changer. Attention également à ne pas passer du terrain de la morale privée à celui de la morale publique. (…) Je lisais une excellente tribune de Gaspard Koenig dans les Échos récemment sur le risque qu’il y avait à mettre la morale au cœur de l’action politique. Si on veut que la France s’en sorte, il faut que l’État tienne debout", a-t-il averti. 

Mariton veut lancer une pétition contre la suppression de la taxe d’habitation

Sur le plan politique, le député sortant (non-candidat à sa réélection) a reconnu des points de convergence avec le gouvernement mené par Édouard Philippe. "Pour la réforme du code du Travail, je suis pour. Qu’il y ait de la discussion oui, qu’on souhaite aller rapidement, y compris par des ordonnances, oui. Sur le fond, nous sommes tous d’accord aux Républicains sur ce sujet", a-t-il assuré. Mais sur d’autres points, le maire de Crest s’oppose à la vision de l’exécutif, notamment pour ce qui est de la suppression de la taxe d’habitation pour de nombreux ménages. "J’y suis vigoureusement opposé", a-t-il lancé avant d’annoncer son intention de proposition une pétition en ce sens à ses collègues maires. 

"Je rêve d’une majorité absolue LR, mais ce n’est pas écrit d’avance"

Enfin, Hervé Mariton a également été interrogé sur les élections législatives à venir, qui ne s’annoncent pas faciles pour Les Républicains. "Je rêve d’une majorité absolue LR, mais ce n’est pas écrit d’avance. Une majorité absolue LREM, ce n’est pas ce que je souhaite. Il faut prendre Emmanuel Macron au mot quand il dit qu’il est de droite et de gauche. Et pour cela, il faut qu’il y ait beaucoup de députés de droite", indique-t-il.


Invité: Hervé Mariton - Territoires d'infos... par publicsenat

L'info en continu
08H
07H
04H
03H
01H
23H
22H
21H
19H
18H
Revenir
au direct

À Suivre
/