Rebondissement dans l’affaire Ferrand. Selon les informations du Télégramme, le parquet de Brest a finalement décidé d’ouvrir une enquête préliminaire sur ce dossier.

Alors que Richard Ferrand et ses soutiens d’En Marche! se prévalaient justement de l’absence de toute enquête sur les soupçons de favoritisme à l’encontre du ministre de la Cohésion des territoires, c’est un vrai coup dur pour celui qui est également député sortant du Finistère (Bretagne). En effet, à en croire les informations du Télégramme, le parquet de Brest a finalement décidé d'ouvrir une enquête préliminaire sur les faits signalés ces derniers jours. Face à l'accumulation de faits rapportés dans la presse ces derniers jours, le parquet a finalement estimé que seules des investigations permettraient de lever les incertitudes qui pèsent dans ce dossier. L’enquête préliminaire serait confiée à la direction interrégionale de la police judiciaire de Rennes.

Le parquet de Brest ouvre finalement une enquête au spectre large

Le spectre des investigations est très large, puisqu'il vise tous les faits susceptibles de constituer des infractions pénales en matière d'atteintes aux biens (infractions économiques et financières, etc.), de manquement au devoir de probité et aux règles spécifiques du code de la mutualité. En clair, la priorité reste les conditions d'acquisition et de location de l'immeuble brestois où les Mutuelles de Bretagne ont établi un centre de soins en 2011, lorsque Richard Ferrand était directeur-général de la mutuelle. Mais les faits et possibles conflits d'intérêts révélés par la presse ces derniers jours seront également scrutés de près.

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio