Geoffroy Didier - Vaccination : "Le gouvernement est en train de s’humilier publiquement"

Geoffroy Didier, député européen LR et vice-président de la région Île-de-France, était l’invité du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger le 4 janvier 2021 sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

Geoffroy Didier interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio le 4 janvier 2021 à 7h40.

Geoffroy Didier : "le gouvernement français est en train de s’humilier publiquement devant l’Europe entière"

La vitesse de la distribution des vaccins en France, bien plus lente qu’ailleurs, fait polémique depuis le début de la campagne de vaccination. "La situation sanitaire est, ces jours-ci, très préoccupante", souligne Geoffroy Didier, député européen Les Républicains et vice-président de la région Île-de-France, notamment à cause des "retours de vacances et du froid qui s’installe. Et puis il y a un mutant du virus qui le rend beaucoup plus infectieux", c’est-à-dire qu’il se répand plus rapidement (sans pour autant donner des formes plus graves de la Covid-19). "Le vaccin n’est pas seulement un espoir, il est devenu une urgence, souligne le député européen. Nous sommes désormais dans une course contre la montre".

Si la défiance envers les vaccins est très élevée en France, plus qu’ailleurs en Europe, "il y a des millions de Français qui veulent se faire vacciner", indique Geoffroy Didier. Dans cette campagne de vaccination, "le gouvernement français est en train de s’humilier publiquement devant l’Europe entière". Alors que ses voisins européens ont vacciné des dizaines de milliers de personnes, "la France, 516, précise le député européen. La question c’est : à qui la faute ? Est-ce vraiment la faute de l’Europe ? Non", alors que l’Europe est pointée parfois du doigt pour expliquer le retard dans la vaccination en France. "Est-ce la faute de la bureaucratie ? Sans doute, juge le député, qui ajoute que la bureaucratie est forte quand les politiques sont faibles. Je pense qu’il y a eu un défaut d’anticipation, un entêtement centralisateur, des erreurs stratégiques au niveau politique qu’ils n’ont même pas le courage d’assumer et qu’ils tentent de maquiller par une communication boursoufflée et fausse qui ne trompe plus les Français". 

 

"C’est trop facile de se défausser sur l’administration"

Le gouvernement maintient sa stratégie qui consiste à prendre le temps de consulter et de recueillir un consentement sans équivoque de la part des Français. "Comment ose-t-on faire croire qu’il faudrait être prudent ? Bien sûr qu’il faut être prudent, bien sûr que la vaccination n’est pas obligatoire, bien sûr qu’il faut prendre le temps d’un consentement éclairé", concède Geoffroy Didier. Il veut toutefois proposer d’autres stratégies : "il faut, par exemple, élargir les cibles". La vaccination dans les Ehpad prend du temps à cause du consentement éclairé parfois difficile à obtenir des résidents. "Mais, pourquoi, ne pas commencer en parallèle la vaccination de tous les soignants ? Ou encore de toutes les personnes fragiles, c’est-à-dire celles de plus de 70 ans ? Nous savions que le temps était long pour la vaccination dans les Ehpad, il aurait fallu débuter dès le départ avec d’autres cibles", juge le vice-président de la région Île-de-France.

Certains pointent également du doigt l’organisation logistique de la vaccination, qui semble faire défaut. "On a un Conseil de défense sanitaire, souligne le député européen, et la logistique ne suit pas ? Qu’on ne me dise pas que c’est uniquement la faute de l’administration, parce que c’est trop facile de se défausser sur l’administration, notamment parce que celle-ci est "au service du politique", analyse Geoffroy Didier.

 

Stratégie de vaccination : "J'ai honte pour mon pays !"

Pour répondre à la question de la vaccination et à la défiance des Français, Emmanuel Macron va lancer un Conseil de citoyens composé de 35 personnes tirées au sort. "C’est ridicule, estime Geoffroy Didier. La réforme n’est elle-même pas mise en place", le tirage au sort n’ayant lieu que cette première semaine de janvier 2021 et les temps pour l’organiser seront longs. "Mais il y a des dizaines de personnes qui meurent chaque jour, rappelle le député européen. Je n’ai pas besoin d’être tiré au sort pour voir à quel point, aujourd’hui, le gouvernement n’est pas au rendez-vous… et j’ai honte pour mon pays. J’ai honte et je suis scandalisé d’un tel défaut d’anticipation, d’un tel entêtement centralisateur et d’un tel défaussement politique".

"Je demande surtout que les comptes soient établis, précise Geoffroy Didier. Je demande que l’Union européenne mette en place un tableau de bord officiel et quotidien du nombre de vaccinations mises en place grâce aux autorités de santé, donc c’est facile de comptabiliser les vaccinations, afin que l’on soit mis face à nos responsabilités politiques. Lorsqu'on est au milieu du tunnel, il est temps pour le gouvernement français de passer la cinquième et de faire face à ses responsabilités politiques".

Y a-t-il une rivalité sur les vaccins au sein de l'Union européenne ? s'interroge Patrick Roger. "L'Union européenne a joué son rôle, estime Geoffroy Didier. Je ne défends pas toujours l'Europe car elle n'est pas toujours au rendez-vous et parfois elle impose des normes contraignantes, reconnaît-il, mais là, elle a été réactive, offensive et égalitaire en commandant autant de vaccins que nécessaire. Nous avons suffisamment de vaccins pour les administrer aux Français aux personnes les plus fragiles. Que fait le gouvernement ? Je n'attendrai pas les 35 Français tirés au sort pour qu'enfin on trouve une solution à ce problème majeur".

 

"Ce gouvernement est vraiment malade lui-même d'un défaut d'anticipation !"

Concernant la rentrée scolaire, Geoffroy Didier se dit "favorable à ce que l'école puisse reprendre. On sait à quel point il y a un décrochage scolaire. On a perdu de vue des milliers d'écoliers dans certains départements, rappelle-t-il. Oui à une rentrée des classes mais oui aussi à une rentrée très anticipée, à un protocole sanitaire renforcé. Il a fallu attendre le retour des vacances de Monsieur Blanquer hier soir à 18h sur un plateau télé pour que les professeurs sachent comment allait se passer la rentrée ! déplore-t-il. Pour lui, ce n'est pas normal ! Ce gouvernement est vraiment malade lui-même d'un défaut d'anticipation ! Je ne sais pas par quoi ils se laissent submerger mais nous avons un problème au sommet de l'État !"

Sur l'ouverture des restaurants, "face à une situation sanitaire qui risque de s'enflammer dans les prochains jours, il apparaît difficile que les restaurants puissent ouvrir, estime le député européen. Mais là-encore, défaut d'anticipation ! J'aurais bien aimé qu'on trouve une solution avec un protocole sanitaire renforcé, que ce ne soit pas toujours les mêmes qui paient ! Je pense à tous ces cafetiers, ces restaurateurs qui font faillite malgré les aides, réelles, du gouvernement et que je salue. On laisse mourir à petit feu des gens qui se saignent aux quatre veines ! dénonce-t-il. Ils ne demandent qu'une chose : pouvoir travailler en respectant les normes sanitaires".

 

"Michel Barnier sera une voix qui compte sur la scène politique française"

Michel Barnier a arraché l'accord sur le Brexit. "Ce sera une voix qui compte sur la scène politique française, affirme Geoffroy Didier. Je salue sa capacité qu'il a eu à aboutir et négocier cet accord qui n'était pas facile à obtenir".

Geoffroy Didier sera aux côtés de Valérie Pécresse en Île-de-France pour la prochaine campagne des Régionales. "On a la chance dans la première région de France, première région d'Europe, d'avoir depuis décembre 2015 une présidente qui réforme et qui rassemble, se réjouit-il. Ce qui m'intéresse, c'est que les Franciliens puissent conserver une présidente qui réforme et qui rassemble".

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !