Gaspard Gantzer : " il faut arrêter d’engueuler et d’emmerder les gens"

Gaspard Gantzer
Gaspard Gantzer

Gaspard Gantzer, fondateur du mouvement « Parisiennes, Parisiens » et ancien conseiller en communication de François Hollande était l’invité politique de la matinale.

Ancien conseiller de communication de François Hollande, Gaspard Gantzer a, depuis pris son envol et tracé sa route. Il a quitté le PS, parti qu’il qualifie de "vieillissant" et lancé son propre mouvement "Parisiennes, Parisiens". "Je cherche à construire un mouvement citoyen pour du long terme. On s’est lancés il y a deux ans pour prendre le temps" explique le haut fonctionnaire. Soupçonné de vouloir briguer la mairie de Paris en 2020, l’intéressé qui se dit "prêt à encaisser les coups et à les rendre" ne dément ni n’acquiesce : "Je ne cherche pas à faire un hold-up. Je pense qu’il ne faut pas commencer en disant je veux être candidat. La candidature ce n’est pas ce qui est intéressant, ce qui l’est c’est le projet, les idées. On est dans un changement d’époque. Ça fait 20 ans qu’il y a la même équipe à la mairie de Paris. Les Parisiens et Parisiennes ont beaucoup changé depuis. Il faut une nouvelle équipe car on tourne en rond depuis des années".

Même si il salue certaines actions de l’actuelle maire Anne Hidalgo, il regrette néanmoins la manière dont elles ont été mises en œuvre : "La méthode de fermeture des quais, par exemple, n’était pas la bonne. Cela a été fait de manière autoritaire sans consultation mais bon c’est fait, c’est fait[…] Lutter contre la pollution atmosphérique c’est une bonne chose. Mais, il faut arrêter d’engueuler et d’emmerder les gens, il faut les convaincre de participer à la transition écologique".

Il juge de même les actions du gouvernement en faveur de l’écologie. Pour lui, il faut veiller à ne pas lâcher la goutte d’eau qui ferait déborder le vase : "L’objectif derrière les taxes écologiques est bon, mais là, je pense que c’est trop. Les gens sont en colère et il faudrait faire une pause pour éviter un ras-le-bol généralisé".

L’ancien camarade de promotion d’Emmanuel Macron – à qui il ne parle plus du tout - a d’ailleurs un œil affûté sur la communication de ce dernier. "Nous avons fait beaucoup de bêtises quand nous étions à l’Élysée, je le reconnais facilement. Mais actuellement, les Français sont en attente de pédagogie et de sens. Je pense qu’il faudrait que le président s’exprime plus. Il faudrait également une grande explication au pays car les interrogations sont nombreuses : les gens veulent comprendre pourquoi il y a des taxes en plus, pourquoi il y a du chômage etc...". Tout en rajoutant que, selon lui, Emmanuel Macron donne beaucoup à l’international alors que les Français attendent plutôt des résultats pour l’Hexagone.

Les rubriques Sudradio