François-Xavier Bellamy : "Erdogan utilise la menace migratoire pour inciter l'Europe à se rallier"

Le 1er mars 2020, Recep Tayyip Erdogan a annoncé ne plus s'en tenir à l'accord sur l'immigration conclu avec l'Union européenne en 2016. La Turquie a aussitôt ouvert ses frontières avec l'Europe.

François-Xavier Bellamy interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, à 8h10, dans "C'est à la une".

Pour évoquer ce sujet notamment, François-Xavier Bellamy, député européen Les Républicains, était l'invité de Patrick Roger le 3 mars 2020 dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

 

"Aujourd'hui nous payons le prix de notre impuissance"

"L’Europe doit pouvoir maîtriser ses frontières. Parce que si elle ne maîtrise pas ses frontières, elle sera victime des chantages qui lui seront imposés par d’autres puissances. C’est le cas de la Turquie aujourd’hui. Il faut que nous fassions en sorte que personne ne rentre en Europe sans y avoir été légalement autorisé. Aujourd’hui notre impuissance fait le lit de ce jeu odieux et inhumain par lequel monsieur Erdogan envoie des personnes sur la route de l’Europe. Et non seulement il les envoie mais il les accompagne en affrétant des bus, pour faire en sorte qu’une menace pèse sur l’Europe, de manière à ce qu’elle se rallie.

Il faut bien sûr venir au secours de la Grèce, mais nous le savons très bien : nous payons notre impuissance depuis des années maintenant. Comme nous l’avons dit depuis des mois, nous devons organiser un moyen par lequel des personnes qui sont à l’extérieur de l’Europe pourront demander l’asile si elles y sont éligibles afin de rentrer en Europe dans des conditions sûres, et tous ceux qui n’y sont pas éligibles soient instantanément refoulés.

Il n’y a jamais eu autant de demandes d’asile en France. Mais la plupart de ces demandes sont refoulées. Mais elles le sont au bout de trois ans. Ces personnes sont donc déjà installées, et pour l’immense d’entre elles, elles ne sont pas reconduite à la frontière", a déclaré François-Xavier Bellamy.

"Pour les pêcheurs français le Brexit serait un drame social"

Interrogé sur les perspectives d’un accord franco-britannique sur la pêche, François-Xavier Bellamy a estimé : "non seulement un accord est possible, mais un accord est nécessaire. Plus de 60% de la pêche française est réalisée dans les eaux britanniques. Pour les pêcheurs français le Brexit serait un drame social, un drame économique. Ce serait un désastre pour nos littoraux, qui sont animés par l’activité de la pêche. Comme je l’ai dit dans mon rapport sur la question au Parlement européen, la pêche doit être au centre des discussions entre la France et le Royaume-Uni".

"Cette réforme des retraites est une catastrophe démocratique"

Au sujet de la réforme des retraites, François-Xavier Bellamy a déclaré : "cette réforme, qui va coûter beaucoup d’argent public à la France, et qui est toujours incompréhensible pour l’immense majorité des Français, et dont on ne connaît pas les financements, est évidemment un échec. Le gouvernement avait les moyens d’éviter le 49-3, il avait les moyens d’éviter l’obstruction parlementaire. Le gouvernement a préféré laisser pourrir cette stratégie de l’obstruction pour pouvoir ensuite dégainer le 49-3. Cela lui permet de faire passer une réforme qui n’a pas été discutée. C’est une catastrophe démocratique".

 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !