Fonction publique : "Pour l'instant, on ne revoit pas le point d'indice" pour Amélie de Montchalin

Alors qu'un appel à la grève dans la Fonction publique a été lancé pour mi-mars, "il n'est pas question pour l'instant de revoir le point d'indice", affirme Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques. Elle était l'invitée du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

fonction publique
Amélie de Montchalin, interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, le 9 février, dans "le petit déjeuner politique".

Appel à la grève dans la Fonction publique, revalorisation des rémunérations, recrutement : Amélie de Montchalin a répondu aux questions de Patrick Roger.

Amélie de Montchalin : "Pour l'instant, il n'est pas question de revoir le point d'indice"

Un appel à la grève dans la Fonction publique a été lancé pour mi-mars. Les syndicats réclament une revalorisation face à l'inflation. "On a mené depuis quelques années une politique très ambitieuse de résorption des inégalités dans la Fonction publique, se défend Amélie de Montchalin. Ça se voit sur la feuille de paie de janvier d'1,2 million de Français qui travaillent dans nos collectivités, nos écoles, nos ministères. Avec une revalorisation de 40 à 100 euros par mois, c'est la plus forte augmentation jamais réalisée pour les agents les moins bien rémunérés". La ministre rappelle également la prise en charge pour tous les agents publics de la mutuelle santé, qu'ils payaient tous seuls, ainsi que l'indemnité inflation.

"Il n'y a pas d'autosatisfaction", tient à préciser Amélie de Montchalin. Elle estime que "le système de rémunération aujourd'hui n'est pas adapté au 21è siècle. Il n'est pas assez attractif, ne donne pas sassez de perspectives. Pour elle, le point d'indice est un débat binaire : soit on augmente tout le monde du même pourcentage, soit on n'augmente personne. Depuis 5 ans, on veut sortir de ce débat binaire. On a mené des combats et des travaux qui n'avaient jamais été menés. Il faut rendre le système dans son ensemble plus adapté à notre époque". "Pour l'instant, il n'est pas question de revoir le point d'indice".

"Ma porte est ouverte, assure la ministre. Les discussions ont commencé pour qu'au mois de mars, les syndicats me fassent des propositions sur la manière dont ils veulent que ce système évolue. Je me suis engagée, si on est encore là, à ce qu'on ouvre des négociations sur la base de ces propositions pour qu'on puisse bâtir l'avenir". Les syndicats doivent-il renoncer à leur appel à la grève ? "J'ai un dialogue social constant, insiste Amélie de Montchalin. On a signé des accords unanimes sur la mutuelle santé, sur le télétravail. Le dialogue social fonctionne et je crois à cette co-construction".

 

Recrutement de 100.000 fonctionnaires : "Ça ne crée pas des emplois en plus, il y en aura le même nombre"

Le gouvernement a lancé un nouveau site de recrutement de 100.000 fonctionnaires pour le service public, à 1,5 mois de la présidentielle. "On les recrute depuis des mois mais on manque de candidats, explique la ministre. La rengaine d'une droite qui nous dit que les fonctionnaires sont trop nombreux et coûtent trop cher à créé un immense déficit de capacité à recruter, dénonce-t-elle. C'est mon combat, il est majeur pour nous". "Il y a 5 millions de fonctionnaires dans notre pays, rappelle Amélie de Montchalin. Il y en a qui partent à la retraite tous les ans. Je ne vais pas dire aux Français qu'il y aura moins de policiers, d'infirmières, d'enseignants".

"Les 100.000 personnes, ça ne crée pas des emplois en plus, il y en aura le même nombre. En 2022, on ne fait pas le même métier qu'en 1985. Il y aura certains endroits où on aura plus de monde, comme France service, et d'autres où on aura moins de monde". "Ma vision est d'avoir des hommes et des femmes qui viennent travailler là où les Français en ont besoin". J'ai choisi de créer cette plateforme pour que de manière très simple, les jeunes et les moins jeunes puissent avoir au même endroit toutes les offres d'emplois, les infos sur les concours et les métiers. L'opinion des Français sur le service public n'a jamais été aussi bonne".

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"