Fabien Roussel : "on ne parle pas du régime spécial des actionnaires. 0% de cotisations !"

Fabien Roussel, secrétaire national du PCF et député du Nord, était l’invité du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger le 24 septembre sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40. L'occasion d'évoquer notamment la grève des cheminots, qui entendent ce mardi défendre leur régime spécial de retraites.

Fabien Roussel, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio le 24 septembre à 7h40.

Fabien Roussel : "la fin des régimes spéciaux pour les revenus financiers, ça c'est notre revendication !"

Une nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites est prévue ce mardi 24 septembre. Les cheminots ont-ils raison de manifester et de faire grève s'interroge Patrick Roger ? "Bien sûr ! estime Fabien Roussel, secrétaire national du PCF et député du Nord, comme toutes les professions qui ont bien calculé que la réforme des retraites prévue par ce gouvernement va se traduire par moins de pensions, moins de retraites, et travailler plus, et les cheminots y compris".

 

Ne faut-il pas que chacun fasse un pas vers l'autre pour équilibrer nos retraites et avoir de l'emploi pour tout le monde ? "Les cheminots cotisent plus pour toucher plus. Par contre, il y a des régimes spéciaux dont on ne parle pas, et à qui on ne s'attaque pas. Les régimes spéciaux des actionnaires, ceux qui perçoivent des dividendes comme salaires. En 2018, ils ont touché 298,8 milliards d'euros de dividendes : les revenus financiers. Taux de cotisations sur ces revenus ? 0%. Vous ne croyez pas qu'ils abusent, eux ? Nous proposons de leur appliquer le même taux de cotisations que sur votre fiche de paie : 10,45%. Pas plus, pas moins. Tout de suite, c'est 30 milliards d'euros qui rentrent dans les caisses de l'État. La fin des régimes spéciaux pour les revenus financiers, ça c'est notre revendication !

 

"Je ne souhaite pas que les aînés de mon pays soient exploités jusqu'à 65-70 ans !"

Le secrétaire d'État aux transports a dit que la réforme des retraites serait "écrite ensemble". "Écrire cette réforme ensemble, oui, mais si c'est dans un cadre contraint où on nous demande de choisir entre travailler plus longtemps ou cotiser plus longtemps, dans les deux cas c'est travailler plus longtemps... Nous pensons que l'allongement de la durée de la vie est une chance : après 40 ans de la vie passée au travail, nous voulons profiter de ces plus belles années de la vie. Aimeriez-vous vous faire opérer par un chirurgien de 75 ans ? Que vos enfants aient un instituteur ou une institutrice de 75 ans ?"

Des retraités n'arrivent plus à joindre les deux bouts et retravaillent aujourd'hui à 70 ans. "C'est absolument scandaleux ! Aujourd'hui l'espérance de vie en bonne santé est de 64 ans pour les femmes et 62,5 ans pour les hommes et vous voulez qu'on travaille jusque 64-65 ans ? Ne peut-on pas profiter un peu de la vie ?  Je ne souhaite pas que les aînés de mon pays soient exploités jusqu'à 65-70 ans !"

 

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !