Fabien Roussel : "L’antisionisme, c’est une opinion"

Fabien Roussel PCF
Fabien Roussel, secrétaire général du PCF et député du Nord, était interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 19 février 2019 à 7h40. DR

Fabien Roussel, secrétaire général du PCF et député du Nord, était l’invité politique de Patrick Roger, le 19 février 2019 sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

Alors qu’une grande marche contre l’antisémitisme en France se déroule ce mardi soir à Paris, Patrick Roger est revenu, avec le secrétaire général du PCF, sur cette montée des haines à laquelle on assiste actuellement en France. Pour lui, Marine Le Pen n’a pas sa place à cette marche. Pour autant, interrogé sur l’instrumentalisation de l’antisémitisme pour discréditer les "gilets jaunes" dénoncée par Jean-Luc Mélenchon, sa réponse est claire : "Je participe aux rassemblements des 'gilets jaunes' chez moi et je n’y ai jamais trouvé de propos antisémites ou contre l’immigration massive, revendication de l’extrême-droite. Je ne trouve pas juste que l’on assimile cette grande révolte sociale à l’antisémitisme".

"L'intégrisme religieux nous pourrit la vie"

Reconnaît-il pour autant l’existence d’un nouvel antisémitisme venu de la gauche et des banlieues ? "Non, dans son histoire, la gauche a été au front dans tous les combats pour l’être humain et l’égalité. Je pense que les valeurs de gauche n’ont jamais porté à aucun moment l’antisémitisme. En ce moment, on assiste à des manifestations dans tous le pays pour demander des hausses de salaires, des pensions… Et le sujet va dériver vers l’antisémitisme et l’on va pointer les forces de gauche ?"

Quant à la présence d’une haine des juifs dans les quartiers, Fabien Roussel estime que "l’intégrisme religieux, d’où qu’il vienne, nous pourrit bien la vie. Il existe, il produit de la haine et fait reculer le vivre ensemble dans notre pays". "Vous semblez ne pas oser prononcer le mot 'islam'?", interroge Patrick Roger. "Parlons clair : le conflit israélo-palestinien fait qu’aujourd’hui des jeunes vont s’affronter. On doit pouvoir dire que la politique menée par le gouvernement israélien est condamnable, sans être taxé d’antisémitisme."

Faut-il pour autant pénaliser l’antisionisme ? Le secrétaire général du PCF et député du Nord s’y oppose fermement : "L’antisionisme, c’est une opinion, un projet de société, théorisé par Theodor Herzl à la fin du 19e siècle. Il jugeait que les juifs étaient inassimilables dans les pays ou ils se trouvaient et devaient se retrouver dans un seul État. Aujourd’hui, tout le monde reconnaît que les Israéliens peuvent vivre dans un État. Mais la manière dont cela se fait dans les colonies et cette forme d’apartheid n’est pas acceptable".

Taxer les multinationales à la source

Interrogé sur les multinationales, Fabien Roussel rappelle avoir récemment déposé un texte de loi à l’Assemblée nationale : "Il faut prélever à la source les bénéfices des multinationales. Comment se fait-il que ce ne soit pas possible d’appliquer ce principe aux multinationales qui, elles, paient entre 8 et 9% d’imposition quand nos PME paient bien plus ? Et il n’y a pas que les GAFA. LVMH, Total, Kering… toutes ces grandes entreprises planquent leurs bénéfices aux Bermudes, aux Pays-Bas, en Irlande ou au Luxembourg", proteste le nouveau leader des communistes français.

Que pense-t-il de la prime Macron, que 75% des patrons envisagent de verser ? "Je comprend qu’ils se jettent dessus, car c’est une belle occasion de ne pas augmenter les salaires, au moment des NAO, négociations annuelles salariales dans les entreprises. Et je peux vous dire que les salariés ont bien du mal à se faire entendre. Je suis pour une augmentation des salaires de 200 euros nets dans notre pays, que le CICE soit versé aux PME et que l’on arrête de verser des aides aux entreprises qui n’en ont pas besoin, comme Google."

Pour l’instant, les sondages concernant les élections européennes donnent le PC à 3% et la liste de Benoît Hamon, à environ 5%. Pourraient-ils faire liste commune pour dépasser la barre des 5% ? "Nous ferons tout pour trouver la forme d’un rassemblement le plus large, mais pas sur n’importe quoi, estime le secrétaire général du PCF. Il y a besoin d’une force de gauche pour mener ce combat. Nous ouvrons notre liste à ceux qui le veulent et proposons que Ian Brossiat soit tête de liste".

Cliquez ici pour écouter  "L’invité politique”  avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio