single.php

F. Hollande, "un homme blessé en train de réagir" pour T. Mandon

Par Jérémy Jeantet

Le secrétaire d'Etat à l'enseignement supérieur, Thierry Mandon, a reconnu des erreurs dans le quinquennat de François Hollande, notamment la suppression des avantages pour les heures supplémentaires. Il espère que la primaire de la gauche sera l'occasion de faire un bilan.

Invité de l'émission Territoires d'Infos, dans le Grand Matin Sud Radio et sur Public Sénat, Thierry Mandon a reconnu des erreurs pendant le quinquennat de François Hollande."On s'est adaptés à une situation qui, pour plein de raisons, budgétaires, économiques, terroriste, n'est pas celle qu'on s'attendait à gérer, a expliqué le secrétaire d'Etat à l'enseignement supérieur et à la recherche. On a fait au mieux, ça ne veut pas dire qu'on a fait bien."Dans son viseur, notamment, la suppression des heures supplémentaires défiscalisées : "Je pense que ça nous a fait un tort considérable parce que ça touchait les tous petits salaires. Nous l'avons fait parce que nous n'avions pas la conscience des conséquences de cela."Malgré tout, il y a des choses positives à défendre de l'action de François Hollande à la tête de l'Etat. Un président en qui Thierry Mandon voit "un homme blessé, qui est en train de réagir".Pour lui, la primaire de la gauche doit permettre de "débattre de ces cinq années, sinon, la gauche ne pourra pas se rassembler".Enfin, alors que les rumeurs annoncent qu'Emmanuel Macron doit officialiser sa candidature pour la présidentielle cette semaine, Thierry Mandon estime que l'ancien ministre de l'Economie a "tort, dans son positionnement, d'entrer dans cette présidentielle en étant ni de gauche ni de droite. Ce n'est pas vrai et c'est même l'inverse qui se passe aujourd'hui dans le monde,où on voit une radicalisation à gauche et une radicalisation à droite."

L'info en continu
23H
22H
21H
20H
19H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/