Eve Szeftel : "Il y a une promotion de la voyoucratie"

Eve Szeftel, journaliste à l’AFP, en poste à Bobigny entre 2014 et 2018, auteure du livre "Le maire et les barbares" (Albin Michel, 2020) était l’invitée d’André Bercoff mercredi 11 mars sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Eve Szeftel invitée d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Pour asseoir leur pouvoir et conforter leurs mandats, certains maires n'hésitent pas à miser sur des personnalités peu recommandables. C'est l'enquête menée par Eve Szeftel qui s'est intéressée au cas de Bobigny, où l'on compte sur un soutien de poids : le numéro deux du gang des barbares.

 

Une percée de la droite en Seine-Saint Denis qui n'est pas due au hasard

C'est en 2001 que la droite a fait sa première percée dans la forteresse communiste de Seine-Saint-Denis. En 2001 avec Jean-Christophe Lagarde, c'est le début d'un "système de pouvoir fondé sur un pacte électoral entre la droite et les cités". En 2014, le chef de file de l'UDI conserve son mandat à Drancy et la Seine-Saint-Denis revêtit la couleur bleue de la droite parlementaire au détriment du rouge communiste. "Ce qui m'intéresse, c'est cette bascule qui permet à la droite de s'imposer", annonce la journaliste.

 

En poste à Bobigny, Eve Szeftel connaît bien les ficelles de la politique locale. "Pour conquérir cette ville, la droite pouvait s'appuyer sur l'électorat pavillonnaire mais les cités étaient acquises à la gauche ou à l'abstention", détaille-t-elle. Or, dans une ville de 50.000 habitants et 20.000 inscrits sur les listes électorales, entre l'abstention et les nationalités étrangères, "seules 5.000 voix suffisent pour gagner une élections". Et c'est dans les cités qu'il faut aller les chercher.

Investir dans les caïds

À Bobigny, c'est la cité Paul Éluard qui est la plus imposante. "C'est ici qu'a grandi Jean-Christophe Soumbou, le numéro deux du gang des barbares, et ses copains", raconte la journaliste. Un membre actif de la bande ayant enlevé, torturé, assassiné Ilan Halimi en 2006. "On les retrouve ensuite au pouvoir ou dans les allées du pouvoir", s'indigne Eve Szeftel. Pour conforter leur implantation dans ces cités, les municipalités n'hésitent pas à financer "les associations dont les responsables sont les caïds locaux", témoigne-t-elle. Dans une autre cité de la ville, à l'Abreuvoir, "c'est le club de football dont le président va devenir directeur de cabinet", rapporte la journaliste.

Un système bien ficelé où "les leaders sont récompensés par des postes à responsabilité". Dans son livre, Eve Szeftel décrypte "une promotion de la voyoucratie, l'appareil municipal recyclant la voyoucratie". Certains se placent même "à des postes très importants avec des niveaux de rémunération que l'on atteint notamment au bout de 20 ans d'ancienneté", remarque-t-elle.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !